Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Panier de Jeanne

Marché du 7 mars 2014

Promenade sans but aujourd’hui sur le net. Des traductions, des romans français, des petites maisons d’édition… des grandes… Marché flâneur, sensible au printemps qui s’en vient. Et, non, pas de ce marronnier du polar féminin, même si demain c’est le 8 mars !

Pain, Education, Liberté
Petros Markar
is
Seuil 2014

par Claude Le Nocher
[…] Après “Liquidations à la grecque” (2012) et “Le justicier d'Athènes” (2013), le troisième volet de la trilogie de Petros Markaris consacrée à la crise économique accablant son pays. Trois intrigues indépendantes, il faut le rappeler. On retrouve toujours avec grand plaisir l'humaniste commissaire Charitos. Sans pencher du côté de ceux pratiquant une justice vengeresse, il n'ignore pas que la démocratie a causé des déceptions en Grèce. Se rebeller ne fut pas inutile, mais ensuite ? “La génération de Polytechnique a régné pendant dix ans au moins. Après la Dictature, ils ont pris le pouvoir en politique, dans les syndicats, les coopératives agricoles, l'éducation, partout (…) Puis une nouvelle génération est apparue, formée à l'image de la précédente. Elle s'est donc mise à revendiquer sa part, et c'est là que les conflits et les haines ont commencé. Si vous voulez chercher l'assassin parmi cette masse, il va falloir plonger profond, commissaire.” C'est ce qu'il va faire.
Lire la chronique entière sur le blog Actions-Suspense

Panier de Jeanne

La Grande Peur du Petit Blanc
Frédéric Paul
in
Goater Noir 2013

Par Patrick Galmel
Ils sont quelques-uns dans le mode du polar à avoir approché, d'une manière ou d'une autre, le sujet de ce qu'on connaît aujourd'hui comme la guerre d'Algérie, mais qu'on ne désignait à l'époque que sous le qualificatif d'événements. Frédéric Paulin vient ici apporter sa pierre à l'édifice avec son roman La Grande Peur du Petit Blanc dans lequel les histoires personnelles de quelques personnages vont s'incarner sous le ciel sombre de l'Histoire, avec un grand H.

Nous sommes d'abord en 1972. Louis Gascogne est un ancien lieutenant parachutiste qui a servi dans la région du Constantinois à la fin des années cinquante, autrement dit durant les opérations de maintien de l'ordre menées par le gouvernement français. Il vient de créer à Rennes son agence de détective privé, mais dix ans ont eu beau passer depuis la signature des accords d'Evian, il reste un homme profondément marqué par ce qu'il a vécu en Algérie. Les souvenirs remontent sans cesse…
la suite sur son blog Pol’art Noir

Panier de Jeanne

La mort n'a pas d'amis
Gilles Schless
er
Éditions Parigramme 2014
par Clément, Bérenger et Jean-Raphaël.

Paris, 1925, voit apparaître le premier tueur surréaliste.
Ecrire un polar qui se déroule dans une autre époque est toujours à double tranchant : si c'est réussi le lecteur est embarqué et emballé, sinon tout tombe à l'eau et rien ne fonctionne. Gilles Schlesser a lui choisi le Paris des années 20 pour situer son action. Le résultat est très convaincant, l'auteur a su accumuler suffisament de détails pour être crédible, le tout sans tomber dans l'excès inverse qui transforme un roman en cours d'histoire.
Le deuxième risque pris par l'auteur est de parler du courant surréaliste dans un polar. Il fallait oser et là aussi c'est un succès. Par petites touches il nous guide parmi ces artistes un peu fous tels que André Breton, Louis Aragon et Robert Desnos. On en apprend beaucoup sur le sujet sans que cela soit ennuyeux ou trop didactique.[…]
Lire la chronique complète sur « Polar Addict »

Panier de Jeanne

Mémé Goes To Hollywood
Nadine Monfi
ls
Editions Belfond 2014

par Jean-Marc Laherrère

En avant donc pour les aventures de la mamie la plus indigne de la littérature belge, et même de la littérature tout court. Vous avez deviné, il s’agit de la suite des aventures de Mémé Cornemuse, l’infâme vieille de Nadine Monfils, celle auprès de qui Carmen Cru et Tatie Danielle font figure de Pom Pom girls. Et cette fois, Mémé goes to Hollywood.
Ce n’est un secret pour personne, mémé en pince pour JCVD, le grand Jean-Claude, le belge le plus anglophone de Belgique. Mais son héros vit à Hollywood. Qu’à cela ne tienne, rien n’arrête une femme amoureuse et gare à quiconque se mettrait en travers de son chemin. On se doute bien que Cornemuse n’arrivera pas à L.A., mais avec mémé, ce n’est pas la destination qui compte, c’est le voyage.
Je ne vais pas prétendre qu’on a là une intrigue tricotée au millimètre, que le suspense vous scotchera à votre fauteuil ou que l’angoisse vous empêchera de dormir. Par contre c’est vous qui risquez d’empêcher votre voisin de lit / train / salle d’attente de dormir tranquille tant vous éclaterez de rire. .[…]
Lire la chronique complète sur « Actu du Noir »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article