Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Le Panier de Jeanne

Marché du 16 avril 2014 (avant Pâques)

En attendant le passage des cloches, le lapin de Pâques et toutes ces sortes de choses, et parce que dans ce monde printanier de Bisounours le polar est toujours là, un panier plein de délices noirs.

Les Chais des Ambitieux
Philippe Bou
in
Presses de la Cité, Coll Terre de France, 2014

Par Paul Maugendre

Alors que les vignerons s'activent dans le Beaujolais à tailler les ceps afin de les préparer à une nouvelle poussée de sève qui favorisera la pousse des branches supportant les lourdes grappes de raisin, lesquelles grappes seront ensuite coupées pour leur transformation en divin nectar, Archibald Sirauton, le bien-nommé, ancien juge et maire de Saint-Vincent-des-Vignes, se rend sur les terres du vieux Martinien qui a toujours sur sa langue quelques rumeurs à colporter. Le vieux vigneron pense qu'Archi vient lui parler de sa morte retrouvée douze jours auparavant près d'un calvaire dans son vignoble. La femme gisait nue, le crâne fracassé et défigurée. Pour les recherches, va falloir que les gendarmes y mettent du leur, d'autant qu'aucune disparition n'a été signalée même si la morte était probablement de la région. […]

Lire la suite sur son blog « les Lectures de l’Oncle Paul »

Terminus Tel Aviv
Liad Shoh
am
Les Escales Noires, 2014

par Léa
Michal Poleg est une jeune femme acharnée à défendre les personnes demandeuses d’asile. Trop acharnée, peut-être, étant donné qu’elle se fait assassiner… Les autorités semblent peu disposées à se plonger dans cette affaire et cherche un coupable facile. Un coupable qui se désigne lui-même, en la présence de Gabriel, un jeune homme que Michal aidait dans l’association.
Mais tout n’est pas si simple ! L’inspectrice en charge de l’enquête est une novice, Anat Nahmias. Une novice qui décide de faire confiance à son flair et à son instinct, qui lui souffle que tout n’est pas si simple dans cette enquête.
Terminus Tel-Aviv va nous emmener dans une enquête au cœur de l’Israël, avec clandestins, immigrés, mafia, kidnappeurs… Le moins que l’on puisse dire, c’est que Liad Shoham nous offre un roman policier dépaysant. […]
Lire toute la chronique sur « Zone Livres »

Blood Sample
Karim Mada
mi
Éditions Baleine, Coll Le Poulpe, 2014
par Yan

Le hasard est ainsi fait que juste venons-nous de lire Casher Nostra que paraît le Poulpe écrit par Karim Madani. L’occasion de refaire un saut du côté d’Arkestra.

C’est en effet dans la métropole créée par Madani que se retrouve pour cet épisode Gabriel Lecouvreur après avoir reçu un coup de fil d’une ancienne petite amie du temps où il était étudiant. Cette dernière, Deborah, lui apprend en effet qu’il avait un fils, Nelson, et qu’il vient de se faire abattre au pied des Tours Organiques, le pire des quartiers d’Arkestra. Le Poulpe de partir donc vers la ville la plus laide d’Europe pour faire, outre un test de paternité, la lumière sur cette affaire.

Ainsi donc Karim Madani plonge le Poulpe dans son sombre univers et l’on ne cachera pas que c’est avec un certain plaisir que l’on retrouve les Tours Organiques et leur faune ultraviolente et que l’on découvre par ailleurs la police d’Arkestra, complètement dépassée et dont les flics ont su adopter un certain flegme qui leur permet peut-être d’éviter la résignation, non sans rappeler les policiers de Baltimore […]

Lire la suite sur son blog :Encore du Noir

Le Panier de Jeanne

Les Chiens de Belfast
Sam Mill
ar
Seuil 2013

par Jeanne
Il y a des saisons mortes, des paysages littéraires moroses, quand tout ce que vous ouvrez vous tombe des mains au bout de quelques pages. Pire peut-être, devant la pile à lire, pas d’envie, devant la pile lue, pas de souvenirs, partie, envolée la petit étincelle de la curiosité satisfaite, d’émotions faites de surprises et d’attente.
Lassitude ? Saturation ? Ou mauvaise pioche ?
Et puis débarque Sam Millar. Un roman qui commence avec la scène dure, violente des derniers instants d’une femme massacrée par des tortionnaires ivres. Ensuite les fragments d’une histoire âpre, rugueuse, vous dégringolent sur la figure sans crier gare, dans le sillage d’un détective privé, Kane, souffrant d’hémorroïdes. Que Sam Millar décide de ne rien nous épargner des douleurs, saignements, brûlures et démangeaisons n’est pas innocent. Il a une façon bien à lui de ramener l’humain à sa condition primaire, primale, sans doute.
Le privé est heureux en ménage –mis à part ses doutes : c’est trop beau pour durer- pas plus alcoolo que ça, raisonnablement désabusé, le quotidien surtout marqué par sa lutte contre les factures. Les flics sont aussi mauvais que les mauvais qu’ils poursuivent : machos, vulgaires, violents. […]

Lire la suite sur son blog.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article