Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Panier de Jeanne

Marché du 16 mai 2014

Extorsion
James Ellr
oy
Rivages, thriller, 2014

par Baptiste Madamour
Extorsion est une récréation dans l’œuvre de James Ellroy, un livre qui ne cherche pas à rivaliser avec ceux majeurs de l’auteur, ces références de l’histoire du roman noir, du Dahlia Noir à American Tabloïd.
Soit le portrait de Fred Otash, petite frappe qui passe de flic à journaliste, personnage antipathique, raciste, sexiste, homophobe, anticommuniste… comme un spin off qui suit ce personnage déjà vu dans d’autres romans d’Ellroy qui travaille au journal Confidentiel, spécialiste des people à l’époque de Liz Taylor, de James Dean, etc. Le parcours du personnage, la fin graveleuse qui retourne la situation avec un goût limite, Ellroy s’en fout autant que le lecteur, c’est juste pour lui une façon de montrer que le voyeurisme sur les coucheries des stars étaient encore plus violente dans les années 50, 60 alors qu’internet n’existait pas, de montrer que la fascination pour le stupre existait déjà.

lire la suite de sa chronique sur son blog « Du noir dans les veines »

Panier de Jeanne

Les Mensonges
Karen Per
ry, traduite par Valérie Le Plouhinec
Cherche Midi Editeur 2014

Par « Demosthène »
Harry est peintre. Il vit un bonheur parfait à Tanger avec sa femme Robin, architecte, jusqu'au jour où un drame vient briser leur existence : leur fils Dillon, trois ans, disparaît dans une tremblement de terre. Son corps ne sera jamais retrouvé. Après des mois de doutes et de recherches infructueuses, le couple décide de quitter le Maroc et de revenir vivre en Irlande.
Cinq ans plus tard, Robin est de nouveau enceinte. Si Harry continue en secret à dessiner inlassablement des milliers de portraits de Dillon, essayant de s'imaginer comment son fils aurait vieilli, le couple semble néanmoins disposé à tirer un trait sur le passé. Mais celui-ci resurgit avec fracas le jour où Harry croit apercevoir Dillon tenant la main d'une femme au beau milieu d'une manifestation. Dillon est-il bel et bien vivant? Si oui, que s'est-il vraiment passé à Tanger ?
[
…]
La narration est parfaite. On alterne à chaque chapitre entre le point de vue du mari et celui de la femme.
Ils révèlent tour à tour leurs secrets, les petits mensonges insignifiants, les non-dit de leur couple.
Leurs émotions face à la perte de cet enfant, les regrets de leur vie d'avant. De quand ils étaient bohèmes, jeunes, insouciants. L'amour, la peinture, le sexe et la musique. Aujourd'hui, plus rien n'est comme ça ou presque. Le chaos ne règne plus, certes, mes des remords sont toujours là.
La tension est vite palpable et une vive émotion apparaît très vite et reste présente. C'est probablement ça la force de ce roman. À fleur de peau tout du long. Ne jamais en faire trop. Que ce soit crédible, sensible. Qu'on puisse s'imaginer facilement à leur place.

Lire la chronique complète sur son « blog du serial lecteur »

Panier de Jeanne

Bienheureux sont ceux qui ont soif
Anne Ho
lt traduite par Gro Tang
Point Policier 2002 (1ere édition 1994)

Par Herveline,
Oslo, la chaleur d'un printemps exceptionnel pèse sur la ville. L'inspectrice Hanne Wilhelmsen va se trouver confrontée à deux affaires difficiles. D'une part, les " massacres du samedi " après lesquels on découvre, en des endroits différents, d'énormes quantités de sang mais pas de cadavre... D'autre part, une jeune femme violée dans des conditions atroces. Le portrait robot du violeur est trop vague pour être utile, et le désir de vengeance de la victime et de son père inquiète l'inspectrice : ils pourraient bien faire justice eux-mêmes... Un roman troublant sur le racisme ordinaire et les agressions sexuelles. Mais aussi un polar qui dénonce les dysfonctionnements du système judiciaire norvégien.
Parmi les auteurs nordiques, il en est une qui mérite une petite chronique, c'est la norvégienne Anne Holt. Auteur d'une série de polars mettant en scène l'inspectrice Hanne Wilhelmsen, elle se distingue de ses confrères par une héroïne homosexuelle en prise avec ses enquêtes et sa vie privée. Originale dans le propos car depuis Sandra Scoppettone (dont tous les livres sont épuisés) aucun personnage de ce genre n'est apparu dans la littérature polardeuse. Les héros homosexuels sont plutôt des hommes que Joe Lansdale ou Joseph Hansen mettent d'ailleurs avec brio en scène.

La chronique complète sur le site de la librairie du « Soleil Vert »

Panier de Jeanne

L’avocat, le nain et la princesse masquée
Paul Coli
ze
La Manufacture de Livres 2014

par Marine
[…] Nolween Blackwell réclame vengeance ; une vengeance qui devra être à hauteur de la faute commise. Voulant faire payer le prix fort à celui qui l’a ridiculisée, elle s’alloue les services de Hugues Tonnon, avocat spécialisé dans les affaires de divorces.
Quelques confidences plus tard, une soirée bien arrosée et l’avocat cède à la tentation en raccompagnant la jeune femme chez elle…
Encore nébuleux de sa soirée, il se réveille le lendemain matin chez lui sans aucun souvenir. Mais la réalité va vite reprendre le dessus et c’est une bien mauvaise surprise qui l’attend et lui fait démarrer sa journée.
Les inspecteurs Witmeur et Grignard à la RL Crime de Bruxelles viennent lui annoncer que le corps de la jeune femme a été retrouvé à son domicile. Embarrassé est un bien faible mot pour cet avocat qui a non seulement failli au code de déontologie de la profession mais aussi que tout acccable. Tout portant à croire qu’il est le coupable idéal, Hugues Tonon n’aura d’autre choix que de fuir et d’enquêter lui-même sur cette affaire qui lui paraît montée de toutes pièces.

Dans ce roman, Paul Colize pose les jalons d’un thriller, tout en restant sur le ton de la comédie. Il nous entraîne sur les traces d’un homme activement recherché par la police mais le ton reste « bon enfant ». L’action y est toutefois bien présente et il est important pour le lecteur de bien définir le genre dans lequel se situe ce roman avant d’en aborder la lecture : cet ouvrage tranche complètement avec "Back up" ou "Un long moment de silence" et peut être considéré comme une parenthèse dans l'écriture de cet auteur qui nous a habitué à des récits bien plus sombres.
Lire la chronique complète sur le Blog « Le noir émoi »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :