Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Marché du 9 décembre 2014
Ah le polar, quelle merveille. Tous les univers, tous les supports, tous les médias. Tiens, on approche de la fièvre acheteuse de Noël. Tant qu’à faire, offrez un Noël bien noir. Pour faire exception à ma monomanie romanesque, j’ai glissé dans mon panier pour vous : une série télé anglaise, un audiolivre (pour votre grand-tante) et pour le cousin pressé , une nouvelle. Et comme on ne se refait pas, le roman d’un ami talentueux, bien connu de 813...

Le panier de Jeanne

Marc Villard
Tisséo Polar, 2014

par Claude Le Nocher
Serge Dahan est un Toulousain âgé de soixante-deux ans. Retraité des assurances, il peint en amateur. Son épouse Sylvia est décédée il y a quelques temps. Leur fille Marie, trente-sept ans, est policière municipale. Divorcée, elle est la mère de Marius, dix-sept ans, qui a l'habitude de faucher un peu de fric à son grand-père pour le perdre au poker. Serge vit dans le quartier Reynerie, un ensemble de hauts immeubles pas franchement accueillant. Il pourrait habiter ailleurs, mais Serge y a ses habitudes. Il s'entend bien avec sa voisine quadragénaire, la gouailleuse prostituée Nadine. Il n'en profite pas sexuellement.

Un soir, Emma Silvano, la docteur du quartier, est assassinée par un trio de voyous qui cherchaient de la drogue. Serge a toujours apprécié cette femme-médecin compréhensive, en particulier dans le cas de Sylvia. Ayant assisté à la scène, il sait que c'est Dany et sa bande qui l'ont tuée. Mais à Reynerie, il est prudent de n'avoir rien vu, de se taire. Ce que fait Serge quand la police l'interroge, prétextant qu'il était en train de peindre. Même pour Nadine, il garde la même version. Sans doute lui faudra-t-il trouver un remède contre l'impunité de Dany, le moment venu. Mais une autre question le taraude.
[…]ces fascicules Tisséo-Polar sont produits et diffusés par la société des transports urbains (métro, bus, tram) de Toulouse, finançant des projets artistiques sur son réseau et via ces petits livres. Le polar étant un genre littéraire populaire, une initiative de bon aloi visant à toucher le public au quotidien. […]
Lire la chronique complète et les autres sur « Action Suspense »

Le panier de Jeanne

20 manières de se débarrasser des limaces

Jan Thirion
Éditions Lajouanie 2014

par Paul Maugendre
Sous ce titre énigmatique, se cache la comparaison entre ces petits gastéropodes sans coquilles et les êtres humains. Mais il trouve toute sa justification dans le corps du texte, grâce à quelques digressions et l'épilogue. En général je n'aime pas trop les digressions dans un roman policier, elles ralentissent le rythme de lecture mais ici elles sont fort bien venues et aèrent justement l'intrigue et permettent un final qui pourrait être une parabole.

Et puisque nous parlons de limaces, disposons nos bestioles, qui ne se gênent pas pour courir dans les travées afin de grignoter à notre barbe nos salades cultivées biologiquement, sur un plateau de jeu de petits chevaux ou de l'Oie et attardons-nous sur leurs déambulations visqueuses.

Le premier à s'élancer fougueusement de sa stalle se prénomme Sami, avec un I et non un U. Journaliste fait-diversier il rêve d'écrire un roman qui serait publié. Pour l'instant cette utopie reste en l'état de manuscrit. Il en va de même pour ses collègues et amis, Ben et Santiag. D'ailleurs ils se sont surnommés pompeusement les Ecrivains du Montana, persuadés de leur talent. Ils sont comme Charles Aznavour qui chantait Je m'voyais déjà... Sami a encore son père, un acharné de la chasse à la limace, employant toutes sortes de pièges et d'astuces pour se débarrasser de ces bestioles, mais proprement.[…]

Lire la chronique complète et les autres sur « les lectures de l’oncle Paul »

Le panier de Jeanne

Michael Connelly
Ceux qui Tombe
nt - Jacques Chaussepied (lecteur)
Traduit du français par Robert Pépin
Audiolib, juin 2014


Une société déglinguée...

Harry Bosch enquête sur un cold case, celui d'un viol suivi d'un meurtre. Tenace sur les indices, ébahi de découvrir l'ADN d'un meurtrier de huit ans... Strange, non ? À peine le temps de rouvrir l'affaire qu'il est convoqué sur une autre, plus retorse, plus actuelle, mais également plus sensible avec l'implication d'un conseiller municipal dont le fils se serait suicidé. Deux affaires, donc, à des années lumières, et qui bien évidemment son reliées l'une à l'autre. Vérolées, semées d'embûches, de trahisons, plombées par la mainmise des politiques sur la ville, sur nos vies. Deux enquêtes aux relents de scandale politique, télécommandé d'une main de maître... C'est dire si la navigation se fait à vue, sans cesse déroutée par la nécessité de godiller entre des vérités improbables. Les victimes, elles, tout le monde s'en fiche. Elles servent un ordre barbare, qui s'en nourrit sans complexe, classe politico-médiatique oblige. Reste dans ce naufrage peu d'êtres encore humains – Harry et sa fille, et c'est à peu près tout. Et cette lecture étonnante de familiarité, rompant avec ces interprétations trop besognées qui cisèlent les textes à grand renfort de facilités. Une lecture singulièrement truculente, arrimée au bon sens, frappée d'une grande intelligence du texte et de ce que l'offrir veut dire, moins dans l'ironie que le génie du partage de cette faconde qui pourrait nous être commune, si on en décidait enfin.

Lire les chroniques polar de Joel Jégouzo et des autres chroniqueurs sur K-libre

Le panier de Jeanne

Luther
Série
TV BBC

Par Jérémy Bouquin

John Luther est policier à la se
ction criminelle de Londres. Après avoir traité une affaire de tueur d’enfants, Luther a fait une dépression nerveuse qui a mis son mariage en péril. Très impliqué dans son travail, il doit lutter contre ses démons intérieurs qui sont parfois aussi dangereux que les criminels qu’il poursuit.
(Sources : Wikipedia)

Découvert Canal Plus (eh oui, je suis abonné) un polar, un vrai ! Luther. Un flic hors norme, avec ses émotions, ses coups de sang.

Une série Anglaise. Fini la série américaine édulcorée, acidulée, fini la série française…. (je n’ai pas d’adjectifs….) les anglais, comme les danois, les suédois, sont en train de nous donner une vraie claque.

Ils n’hésitent pas ! Leurs personnages sont torturés, leurs univers sombres, pas de demi mesure, juste l’homme dans toute sa cruauté, ses faiblesses, son combat quotidien.

Même la « méchante » n’est pas forcément isolée que dans un seul registre. Car oui Luther a son alter Ego, Une tueuse méthodique, machiavélique… charismatique. A son égal !

Dès les premières minutes on découvre ce flic, noir : un armoire à glace, un flic posé, désespéré, qui traque un pédophile multirécidiviste, le fait parlé, puis le laisse tomber (de haut)… Les intrigues sont pas mal menées, le rythme est là, pas de temps mort.

Incarné par Idris Elba (le méchant de l’autre série culte : the wire (« Sur écoute »)), créée par Neil Crosse, cette série ne laisse pas indifférent. Elle se résume à un mot : La chute. C’est ce qui attire inexorablement Luther. La chute…

Lire la chronique complète et les autres sur Zone Livres
Note de Jeanne : le coffret des 3 saisons est disponible à la vente partout (vente en ligne et dans la plupart des grandes enseignes)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :