Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Ça ne suffit pas de faire la guerre. Quand je rentre au pays il faut encore s'occuper du chien.
 
Il y a ceux qui restent sur place, le quotidien est toujours le même, le sang des copains et celui des ennemis.
 
Le matin, on tire sur tout ce qui bouge et l'après midi, on joue au Pokémon Diamant. La nuit, on ne voit pas sur qui on tire. Cette nuit, il était bien jeune...
 
Je m'occupe des affaires mortuaires. Quand je rentre je vais à Vegas voir les filles et rentre chez moi retrouver ma presque fiancée.
 
Le dollar est le nerf de la guerre.  On rase et on reconstruit des épurations d'eau, des centres médico-sociaux. Ensuite, on distribue des équipements de base-ball.

 

 

Au Vietnam, il y avait des putes, ici, en Irak, ceinture. Ici le sexe est tarifé et aussi, triste, même avec quelques verres dans le nez.
 
Je suis l'aumônier et c'est deux fois l'enfer dedans et dehors. Encore faut- il l'expliquer. La compréhension n'est pas de ce monde.
 
Moi, je suis arabe et américain et après l'Irak je retourne à l'université. J'y rencontre Zara, une musulmane voilée et lui raconte ma guerre. Comment exécuter des Irakiens avec la propagande?
 
Jenks est une "gueule cassée", Jessie sa copine est aussi une invalide. Ils sont dans un bar et Sarah pose des questions. Je suis un miraculé et ceux qui m'ont sauvé sont au-dessus de tout.
 
Pour moi, la guerre est une révélation.
Je ne sais pas ce qu'est un fusil, je suis dans les services administratifs. Il faut juger si un soldat mérite la médaille d'honneur, il faut rédiger les citations, des phrases bateau, des mots vides. Alors, je regarde la guerre sur internet, les horreurs de manquent pas.
 
La section de marines, ce matin, a une mission : tirer des obus sur des positions ennemis. D'après les renseignements, tous ont été tués. Et de calculer combien ça fait par soldat : 0,7 ennemi chacun. Et de reprendre des raviolis, les émotions c'est bon pour l'appétit!
 
Les soldats américains au combat, en permission, à la maison. Toujours les mêmes questions se posent. Suis-je un héros, un salaud, un soldat comme des milliers d'autres ??. C'est drôle et tragique, de la question idiote au grand problème philosophique, ni l'un ni l'autre n'auront de réponses. Garde à vous.
 
Fin de mission ; Phil Klay ; Gallmeister, janvier 2015.
[Le billet] Pour moi, la guerre est une révélation
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article