Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

[Le Billet] sélectionné pour les trophées

Patrice a souhaité chroniquer Aux animaux la guerre de Nicolas Mathieu, bien qu'il soit paru en 2014. Il se trouve que ce roman fait partie des sélectionnés pour le trophée 2015 (catégorie-auteurs français).

En Algérie, en 1961, il n'y avait pas la guerre, il y avait les " événements." Pierre et Scagna obéissent aux ordres. Ce soir là, trois morts à bout portant.
Bien plus tard, Martel dans sa jeunesse, joue au voyou. Aujourd'hui il travaille à l'usine et est obligé de torcher sa mère.
Pour arrondir les fins de mois, avec Bruce, ils jouent les videurs dans les concerts du coin. Bruce lui vend de la dope.
Martel, à l'usine, devient secrétaire du C.E. L'heure est venue de rendre des comptes.
Rita  est inspectrice du travail, elle va bientôt avoir un gros chantier. Elle aime la bière sur le coup de dix heures du matin.
Jordan Locatelli est un ado. A deux pas de la sortie du lycée, papa travaille à l'usine et a une grande gueule.
L'usine va fermer, c'est annoncé. Les négociations, c'est pour la beauté du geste.
Martel et Bruce acceptent le plan des Benbarek, attention danger.
Rita et Marcel se rencontrent, n'importe quel bar fait l'affaire.
Chacun face à lui même, le fond de la bouteille, le bord du trottoir, Tony Montana ou Mélanchon, l'Algérie et la suprématie des blancs,  ou passer l'éponge sur la toile cirée dans le bistro du coin, Rihanna et Beyonce... Aujourd'hui maman est morte, et la lutte finale pour des prunes.
 
Roman social, pour ceux qui croient qu'un nouveau travail fera l'affaire et qu'un chèque réglera le problème. Le désespoir dans la boite aux lettres, pourquoi pas moi.
Roman politique parce qu'il n'y a pas d'autre solution et qu'une société ne change pas aussi rapidement malgré des problèmes majeurs.
Chaque cas est décrit d'un façon on ne peut plus réaliste. Pour les uns c'est fini, pour les autres un espoir mince mais un espoir quand même.
 
Aux animaux la guerre ; Nicolas Mathieu ; Ed. Actes Sud, mars 2014.

Commenter cet article