Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

La très sérieuse formule mathématique permettant de trouver qui est le tueur dans les romans d'Agatha Christie

La très sérieuse formule mathématique permettant de trouver qui est le tueur dans les romans d'Agatha Christie

Publié dans Livres Hebdo, par Emmanuelle Bour, le 04.08.2015

Des chercheurs ont mis au point une formule mathématique permettant de trouver l'identité du meurtrier dans les romans d'Agatha Christie. 

A l'occasion du 125e anniversaire de la naissance de la "reine du crime", des professeurs d'universités mandatés par la chaîne de télévision britannique Drama ont mis au point des formules mathématiques permettant de connaître le coupable de l'affaire, en fonction du lieu où se déroule l'enquête, du mode de mise à mort ou de transport employé par les protagonnistes.


Après avoir analysé 27 oeuvres sur les 83 enquêtes écrites par Agatha Christie, parmi lesquelles figuraient ses plus grands succès comme Le Crime de l'Orient-Express ou Mort sur le Nil, les chercheurs missionés par Drama, ont mis au point cette formule mathématique permettant de trouver le coupable des meurtres.

Les hommes étranglent, les femmes préfèrent la campagne

Ainsi, le meurtrier est toujours présenté dans la première moitié du livre, et est très souvent marié ou bien lié à la victime par des liens familiaux, comme l'expliquent les quotidiens britanniques The Guardian ou The Telegraph.

Si la victime est morte étranglée, le meurtrier a plus de chance d'être un homme. Si le meurtre a lieu dans une maison de campagne, le criminel sera à 75% une femme. Et si plusieurs véhicules terrestres (voitures ou trains) sont mentionnés dans l'enquête, l'assassin a également plus de chance d'être une femme.

A l'inverse, la prévalence de bateaux et équipements nautiques suggère que le coupable sera de sexe masculin. Les femmes criminelles sont dévoilées grâce à un objet domestique, tandis que la déduction et la logique révèlent l'identité masculine du coupable.

En outre, quand le meutrier est une femme, Agatha Christie emploiera plus volontiers un vocabulaire négatif, là où les hommes bénéficient d'adjectifs plus neutres, ou même positifs.

Des schémas redondants

"Nous avons pu mettre au point des schémas qui émergent dans plusieurs de ses romans policiers : des tendances se forment  en fonction de l'année, du détective, du sexe du coupable, du mobile, et de la façon dont la mort a été donnée" explique Dominique Jeannerod, chercheur à l'Institut pour les Recherches collaboratives en Humanité de la Queens University de Belfast, qui chapeaute le projet.

Mathématiquement, les romans policiers d'Agatha Christie se réduisent à une liste d'évènements clefs: le corps de la victime est découvert tôt dans l'intrigue, un groupe réduit de protagonnistes est présenté au lecteur, le détective prend les affaires en main et reçoit chacun des membres du groupe pour les interroger. Après résolution de l'affaire, la narration se termine rapidement et efficacement, pour laisser le lecteur satisfait. D'un point de vue plus littéraire, libre aux lecteurs de la "duchesse de la mort" d'appliquer les formules mathématiques ou de laisser faire Hercule Poirot et Miss Marple.


 

Commenter cet article