Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

[le billet] le retour du Condor
 Je sors de la bibliothèque où je travaille, ce lundi soir il pleut. Une voiture blanche est là et n'a rien à y faire. Cinq indicateurs disent qu'ils sont encore à mes trousses.
Faye et Peter frappent à la porte et commencent leur cinéma d'agents zélés, les questions, les pourquoi, les comment, les photos...
Condor est sous surveillance, ceux qui lui colle aux fesses sont au-delà de la parano, ils en sont les représentants officiels. Le 11 septembre est passé par là.
On retrouve Peter chez moi, crucifié dans son sang, les yeux arrachés. Il est grand temps de se sauver, les toits des maisons voisines sont bien utiles.
Condor est seul et  cette affaire doit se savoir. Il téléphone aux journaux.
Faye et Condor se rejoignent et la course poursuite commence. Le métro de Washington ressemble aux plaines du far - west, avec des cow-boys et des indiens . Le pire est en route et le meilleur est hors de portée. Le prix de leurs têtes monte, la presse est muette après l'affaire du métro ??!!.
Il faut pourtant bouger, leur planque n'est pas éternelle. La rencontre de Merle semble les soulager.
Mais non, les balles les rasent de près, c'est imminent la fin approche. Les agents en place peuvent être supprimés "ce ne sont que des données, des générateurs de causes et d'effets."
Qui enfume qui, qui enfume l'autre ?? Ils sont trois et celui qui parait le plus innocent est-il le plus dangereux ??
 
Aux États-Unis, il y a une douzaine de services secrets, on imagine le grand cirque, mais pas forcément les résultats.
L'aigle américain perd des plumes, la cyber criminalité est à l'œuvre et ceux qui font marcher la machine finissent par être débordés.
Une scène d'anthologie dans le métro de Washington.
Ce roman  m'a été dédicacé par James Grady. Il y a écrit :
" The new Condor, the same world".
 
Les Derniers jours du Condor ; James Grady ; Rivages thriller, septembre 2015.

Commenter cet article