Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

[le billet] Corrosion

Une fois n'est pas coutume, notre ami Patrice Lebrun, adhérent 722, et chroniqueur notoire du blog, présente ce qui semble un vrai coup de ♥

— Joseph Downs 2010

  Une bière tranquille dans ce pays perdu, ma voiture est en rade. Et voila un couple qui rentre dans le bar pour un combat de boxe. Je fais l’arbitre et prends une décision, c’est la dame qui remporte la médaille.
  L’ hôtel Paisano fera l’affaire. Dans mon sac, une bouteille de gnôle et une bible. Peu de temps après la boxeuse Lilith frappe à la porte, elle est rousse et a des bottes rouges, sa jupe en jean ne tient qu’à un fil et la bouteille se vide.
  Du travail il y en a, la déchèterie, ces mexicains et les bouteilles font passer le temps.
  Ce soir là, je rentre plus que saoul. Le shérif m’attend sur le pas de la porte.  Ah oui ! qui je suis ? Joseph Downs, je reviens d’ Irak et je suis une gueule cassée. 
Downs n’ est plus le bienvenu en ville, pourtant il fait le ménage, les méchants et les imposteurs succombent sous les coups.
Le pire, c’est la trahison de Lilith et là je ne suis plus moi même.
 
— Benton Faulk 2003.
  Moi je reviens dans le passé. Mon père élevait des rats et ma mère était malade. Dans ma tête régnait le Rat Christ. Je ne vais plus à l’ école et je fauche les bouteilles.
  Il y a bien Constance dont je suis amoureux. Elle habite dans la montagne, une cabane en bois, comment est-ce possible ?
  Mon père m’interdit de voir ma mère. Puis, il passe par l’église et finit au Château.
  Le Château c’est à Denver, il neige et je suis perdu. Oncle Horace a une Winchester. Je scie le canon, ça peut toujours servir. Sur la route une voiture s’arrête, il me raconte sa vie, son séjour en Irak, il s’ appelle Joseph Downs.
 
  Faulk, Downs, lequel est le plus cinglé, dans quelle peau se sont-ils glissés, que c’ est-il passé pendant ces années ? Puis, c’est au tour du révérend Wells de prendre la parole. Il vient sauver les âmes, le plus dur, c’est la sienne et là, le calice est plein.
 
La résurrection, voilà ce que va être la vie de Downs. C’est mieux de commencer de bonne heure. L’ Irak n’arrange rien ; les femmes non plus ne lui montreront pas le chemin. Une bible et un fusil et Downs reste droit dans ses bottes.
  Clin d'oeil : page 179, Bienvenue à Thompsonville 1372 sympathiques habitants.
Une belle réussite que ce roman, avec de grands anciens qui montrent le bout de leur nez.
 
 
Corrosion ; Jon Bassoff ; Gallmeister, janvier 2016.

Commenter cet article

Léa Touch Book 15/03/2016 20:23

Ce roman est très sombre, un bon premier roman :)