Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Fin mars à l'humeur vagabonde
L'Humeur vagabonde
44 rue du Poteau
75018 Paris
01.42.23.23.15

 

 

Vendredi 25 mars 2016 à 19h

 

Rencontre-dédicace avec Caryl Ferey

pour le lancement de Condorson dernier roman

qui paraît en Série Noire Gallimard

 

Images intégrées 2

 

Quatre ans après Mapuche (Série Noire, 2012), Caryl Férey revient avec Condor, un road-trip palpitant à travers l’Amérique latine.

 

Le livre :

Condor, c’est l’histoire d’une enquête menée à tombeau ouvert dans les grands espaces chiliens. Une investigation qui commence dans les bas-fonds de Santiago submergés par la pauvreté et la drogue pour s’achever dans le désert minéral de l’Atacama, avec comme arrière-plan l’exploitation illégale d’espaces protégés…

Condor, c’est une plongée dans l’histoire du Chili. De la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet. Les démons chiliens ne semblent pas prêts de quitter la scène…

Condor, c’est, enfin, une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste Mapuche qui porte en elle l’héritage mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, qui porte comme une croix d’être le fils d’une grande famille à la fortune controversée…

 

L’auteur :

Caryl Férey est né en 1967 et vit à Paris. Après s’être aventuré en Nouvelle-Zélande avec sa « saga maorie » (Haka et Utu), en Afrique du Sud avec Zulu (récompensé entre autres par le Grand prix de littérature policière en 2008 et adapté au cinéma en 2013) puis en Argentine avec Mapuche, il nous entraîne avec Condor dans une exploration sombre du Chili, dans une course-poursuite sanglante transfigurée par l’amour.

Le nouveau roman de Caryl Férey, d’une prose nerveuse et poétique, nous fait voyager, frémir, réfléchir et nous rappelle -s’il le fallait- que l’auteur s’est imposé comme le maître du thriller des grands espaces et de l’ailleurs.

 

Autour du livre :

Un article du Monde des livres pour la parution de Condor.

 

Mercredi 30 mars 2016 à 19h

 

Rencontre avec Carlos Zanon

pour la parution de son dernier roman J'ai été Johnny Thunders

traduit de l’espagnol par Olivier Hamilton aux éditions Asphalte

en présence de l'interprète Marc Fernandez.

 

Images intégrées 3

 

Le livre :

Barcelone, de nos jours. Ancien guitariste de rock, Francis revient dans le quartier où il a grandi, où il a noué ses premières amitiés et surtout où il a découvert le rock. Sauf qu’il a désormais la cinquantaine bien tassée et, sans le sou, il doit retourner vivre chez son père. Francis a brûlé la chandelle par les deux bouts, avec pour seul principe de profiter de la vie, jusqu’à perdre plusieurs de ses proches dans la spirale de la toxicomanie.

Mais Francis a un plan en tête. Retrouver une vie normale, trouver un job qui va lui permettre de payer ses pensions alimentaires en retard, renouer avec ses enfants, rester à l’écart de la drogue – qu’il a arrêtée depuis peu –, mettre un peu de fric de côté… Et aussi revoir sa petite sœur adoptive, afin qu’elle l’aide à se remettre en selle. Mais celle-ci fréquente un certain don Damiàn, le parrain du quartier, qui a la main sur tous les trafics…

Le retour à la réalité se révélera compliqué pour Francis, aux prises avec les démons de son passé, mais aussi avec la nostalgie d’une vie faite de musique, de passion, de sueur et d’excès.

 

L’auteur :

Carlos Zanón est né à Barcelone en 1966. Poète, scénariste, parolier et critique littéraire, il est également romancier. Soudain trop tard et N'appelle pas à la maison, parus chez Asphalte et repris au Livre de Poche, ont assis sa carrière d'auteur de noir. J'ai été Johnny Thunders a remporté le prix Dashiell Hammett 2015, récompensant le meilleur roman noir de l'année en langue espagnole.

 

La presse en parle :

« Ce roman est un shoot. Asseyez-vous. Injectez-le dans votre veine. Profitez. » El Mundo

 

« Oubliez les romans noirs vous avez lus jusqu’à présent. J’ai été Johnny Thunders est différent, il est d’une autre dimension. » Vanity Fair

 

 

 

Commenter cet article