Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Marché du 30 avril 2016

Eh oui, le printemps est passé… puis reparti. Vous voulez des conseils de lecture pour vous occuper au coin du feu ou sous la couette ? Pas de problème, on s’occupe de tout. Suivez le guide : de la jeunesse pour grand, avec Les Lucioles, de Jan Thirion (sortie posthume, hélas), du familial intime et noir avec L’invention de la Neige d’Anne Bourrel, le golfe du Mexique parce que James Lee Burke avec Créole Belle (ben voui, je suis une inconditionnelle et je mets ce que je veux dans mon panier, alors…) et une folle histoire de chat, turque –par ce que j’aime les chats, la Turquie et me faire surprendre avec L’Agence Secrète de Alper Canigüz. Na ! Vous me suivez ? C’est parti ! et tant pis pour le vilain mois de mai.

Le panier de Jeanne

Les Lucioles

Jan Thirion
Editions Lajouanie 2016

Par l’Oncle Paul

Parti au Paradis des écrivains en mars de cette année, Jan Thirion n'aura pas eu le plaisir de découvrir les réactions de ses jeunes et moins jeunes lecteurs à propos de ce roman qui, on l'espère, restera du domaine de la parabole de la politique-fiction pour adolescents mais pas que.
La locution A lire d'urgence est devenue par trop galvaudée par des chroniqueurs qui ne peuvent étayer leur affirmation, par des journalistes qui ne se réfèrent qu'à la quatrième de couverture, par des écrivains payés pour voir leur nom apposé sur un bandeau, que je ne l'utilise jamais. Aussi je ne me renierai pas, mais je vous conseille toutefois fortement de lire ce roman avant les prochaines élections présidentielles car il s'agit d'un ouvrage édifiant.
Tyrone a treize ans, mais cela ne se voit pas. A la suite de la disparition de sa mère quand il était tout jeune, il a été électrochoqué et depuis il possède le physique d'un gamin de sept ans et est devenu sourd et muet. Pour tout le monde ou presque, sauf Biscoto son chien blanc à l'œil au bord noir, il n'entend plus et ne parle plus qu'avec la langue des signes.
Lire la chronique complète et les autres sur le blog : les lectures de l’Oncle Paul

Le panier de Jeanne

L’invention de la neige
Anne Bourrel
La Manufacture de Livres, 2016

par Yan
« La vie c’est le bordel, personne n’y comprend rien. »
Cette phrase de Jean Bourrel (1919-2012) mise en exergue du nouveau roman d’Anne Bourrel résume en partie ce dernier. Pour ce qu’elle dit mais aussi de par l’auteur de la citation dont le lecteur peut légitimement penser qu’il appartient à la famille de l’auteur.
Car c’est de cela dont nous parle L’invention de la neige, roman noir intime à l’atmosphère pesante. Du sacré bordel que peut-être la vie et que chaque histoire familiale vient un peu plus aggraver :
« Dans toute la chaîne de vos ancêtres, ces gens auxquels vous tenez tant, vous là, regardez : il y aura au moins un mensonge. Minimum. Comptez deux chaque cent ans et votre généalogie, elle vole en éclats. Et vos certitudes. Et votre aplomb. Et votre envie, que je lis si clairement dans vos yeux, de me jeter la première pierre. »
C’est la mère de Laure qui nous parle. Elle n’a rien vu, ou presque, mais c’est elle qui nous raconte. Antoine est mort à 93 ans. C’est lui qui a élevé Laure, sa petite-fille. Antoine qui a connu la guerre civile en Espagne et la Retirada, les camps d’Argelès et de Bram, et un amour que cette guerre a détruit.

Lire la chronique complète et les autres sur le blog : Encore du Noir

Le panier de Jeanne

Créole belle
James Lee Burke
Payot Rivages 2016
par Vincent Garcia

2010 – L’explosion d’une plate-forme pétrolière, la Deepwater Horizon, avait causé la marée noire la plus importante de l’histoire des Etats-Unis, et avait eu une influence désastreuse sur l’environnement et l’écosystème de cette région.
2012 – Dave Robicheaux, shérif de New Iberia, se remet à l’hôpital de blessures par balles qui ont failli lui être fatales. Il reçoit la visite de Tee Jolie Melton, une jeune chanteuse de blues, qui lui apporte un Ipod dans lequel elle a enregistré de la musique. Elle demande à Dave de rechercher sa jeune sœur Blue Melton qui a disparu.
Le problème, c’est que Tee Jolie a elle-même disparu plusieurs mois avant la visite qu’elle est censée avoir rendue à Dave, ce qui conduit ses proches à se demander si cette visite ne serait pas le délire d’un esprit sous morphine. Pourtant, l’Ipod est bien réel !
Son ami Clete se trouve confronté à un problème de chantage. Deux petits truands locaux, Waylon Grimes et Bix Golightly, lui réclament une vieille dette, qu’il avait pourtant déjà réglée et menacent de saisir tous ses biens, s’il ne paie pas. Fort opportunément, Bix Golightly est abattu quelque temps après.
« Un succube vivait dans sa poitrine, et ne lui laissait aucun répit. Il l’avait emporté avec lui depuis l’Irish Channel de La Nouvelle-Orléans jusqu’au Vietnam, aux bordels de Bangkok, aux ruelles du plaisir de Tokyo, et l’avait ramené avec lui. Dans l’esprit de Clete, il n’était pas digne de l’amour d’une femme bien, et il n’avait jamais été à la hauteur aux yeux de son père alcoolique, un laitier qui retournait sa colère et son mépris de soi-même contre son fils aîné perturbé et malheureux. »
Lire la chronique complète et les autres sur le blog : The Big Blow Down


Le panier de Jeanne

L’Agence Secrète
Alper Canigüz traduit par Célin Vuraler
Mirobole Editions 2016

Un chat télépathe, un minable héros alcoolique acceptant un salaire faramineux pour un poste de publicitaire sans substance dans une agence bizarre, une collègue trop belle qui partage miraculeusement son amour… Voilà les ingrédients de L’Agence Secrète.
Musa partage à Istambul un appartement en colocation avec Sabàn, d’une placidité toute stambouliote. Leur l’immeuble abrite «L’Ecole du Bonheur Inter-Galactique » laquelle est dirigée par un étrange sosie de Bouddha…
Il est impossible d’en révéler davantage sans déflorer le roman. On peut, tout de même ajouter qu’il fallait un sacré culot pour introduire les ingrédients précédents et se prétendre roman policier, mais il est vrai qu’il est question de mystère et de disparition. Qu’on finisse par voir apparaitre des extra-terrestres, ou au moins, leur éventualité de participation à l’action, n’a finalement rien d’exceptionnel.

Lire la chronique complète et les autres sur le blog de Jeanne Desaubry