Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

À la BiLiPo en juin
À la BiLiPo en juin

samedi 11 juin à16h

sur réservation au 01 42 34 93 00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© C. Helie                                                                           © Hermance Triay

De la politique au polar

« Le polar est-il le genre idéal pour explorer la paranoïa politique ?  Comment raconter la politique ? Comment s'en emparer pour faire œuvre de fiction ? (...) Par la littérature, plus précisément par sa branche polar, la seule à se colleter à la question. (…) Comme si le pouvoir et sa conquête ne pouvaient être saisis que sur le mode de la paranoïa. Comme si le polar était le seul genre assez décomplexé pour élucider l'intrigue politique ». Ces réflexions de Raphaëlle Leyris dans Le Monde des livres du 10 juin 2011 sont au cœur du débat qui réunit Vincent Peillon et Dominique Manotti.

Tour à tour porte-parole du PS, député de la Somme, ministre de l’Education nationale, membre de la commission des Affaires étrangères au Parlement européen, Vincent Peillon se lance aujourd’hui dans le thriller avec Aurora, récit de l’affrontement entre de puissants réseaux internationaux, publié aux éditions Stock. Séduit par les contraintes du polar, il a choisi ce genre pour exprimer le désarroi d’une génération confrontée à une mondialisation sauvage et à la suprématie des intérêts industriels et financiers.

Universitaire, militante anticolonialiste et syndicale, Dominique Manotti exprime désormais son engagement politique dans ses romans noirs, chroniques des temps modernes et radiographies de nos sociétés. Ses derniers titres ont paru chez Gallimard à la Série noire : Bien connu des services de police, 2010 ; L’honorable société coécrit avec DOA, 2011, L’évasion, 2013, Or noir, grand prix du Roman noir (Festival international du film policier de Beaune) 2016. Elle considère, pour sa part, que le roman noir est bien armé pour affronter le récit du monde comme il va, l’histoire du capitalisme triomphant à l’échelle de la planète. 

La rencontre est animée par Macha Séry, journaliste au Monde des livres, spécialiste de littérature policière.

Aurora

Auteur : Vincent Peillon -

Editeur : Stock, 2016 – 379 p.

Une alliance menaçante, ayant pour nom Aurora et conduite par un ancien nazi, s'est formée entre de grandes firmes énergétiques européennes et des faucons américains belliqueux. Une équipe du Mossad est chargée par l'Otan de régler l'affaire. Nom de code : Opération Pinocchio. Mais lorsque le commanditaire de l'Otan trahit l'équipe, les chasseurs du Mossad deviennent des proies.

 

 

Or noir

Auteur : Dominique Manotti

Editeur : Gallimard (Série noire), 2015 – 331 p.

Marseille, 1973. En prenant ses fonctions au commissariat de l'Evêché, le jeune commissaire Daquin comprend vite qu'il débute sa carrière dans une ville où se multiplient les affaires, des règlements de comptes aux trafics de drogue. Il enquête sur l'assassinat d'un ancien caïd de la drogue et son associé. Grand prix du roman noir français 2016 (Festival de Beaune).

À la BiLiPo en juin

mercredi 29 juin à 19h

sur réservation au 01 42 34 93 00

Les étudiants du master CORED (Conception et Rédaction Éditoriales) et les Presses universitaires de Paris Ouest invitent tous les lecteurs de la BiLiPo à la soirée de présentation de la revue Opus.

La  ville et ses zones d'ombre - Présentation de la revue Opus

Opus est une revue annuelle conçue par les étudiants en édition de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Chaque numéro aborde un thème différent qui est analysé, exploré et disséqué selon les intérêts, la curiosité et les questionnements des rédacteurs. Les contributeurs sont issus d’horizons variés : journalistes, universitaires, étudiants, photographes, écrivains, etc. Il n’est pas question ici de rendre compte exhaustivement d’un sujet, mais de l’éclairer en mêlant les visions littéraires aux analyses sociologiques et les fictions aux réflexions philosophiques.

Pour son premier numéro, Opus s’est perdu dans la ville. Flânerie dans la ville imaginaire, celle des romans à mystère et des jeux vidéo. Errance aux marges de la ville, celle des HLM et des sans-abris. Promenade ludique dans les rues de Paris et Londres pour enquêter sur les lieux criminels historiques. Badinage artistique dans la prison Sainte-Anne d’Avignon. Et enfin, rencontres avec Dominique Manotti, Ian Manook et Alexandra Schwartzbrod qui ont eu la gentillesse de nous faire partager leurs univers littéraires à l’occasion d’une série d’entretiens réalisée à la BiLiPo et que vous aurez le plaisir de retrouver dans le premier numéro d’Opus.

À la BiLiPo en juin

La BILIPO a prêté des documents originaux à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé à l’occasion de l’exposition Jacques Prévert, une jeunesse au cinéma

du 30 mars au 4 juin, 73, avenue des Gobelins 75013 Paris

" Enfant, j'aimais déjà et beaucoup le cinéma. J'y allais souvent, très souvent. Cela ne coûtait pas cher et le jeudi, je trouvais parfois le moyen de passer inaperçu et de m'asseoir face à l'écran, en qualité de spectateur clandestin… " - Jacques Prévert.

Durant toute sa vie, Jacques Prévert a témoigné d’un attachement sans faille au

© Fondation Jérôme Seydoux-Pathé     

cinéma. A partir de textes où il évoque son expérience de spectateur, en particulier le récit autobiographique Enfance, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et Fatras / Succession Jacques Prévert proposent une exposition inédite autour de la formation d’un imaginaire.

 

Informations pratiques : Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article