Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Marché du 19 août 2016, spécial Trophée BD
Paris, en août, c'est une ville étrange. Il y a plus de monde aux terrasses des cafés que dans le métro. Et sur ces terrasses, au soleil, on voit même des gens bizarres : des lecteurs de BD... Si j'ai un conseil à leur donner, gratuitement, c'est de se fournir au plus vite chez leur libraire habituel la sélection BD de nos Trophées 813. Parce qu'il n'y a que du bon. Et si le (ou la) libraire a fermé boutique pour aller se mettre les tongs sur le sable, filez à la bibliothèque la plus proche de chez vous!
Et vous savez quoi ? Le plus étrange c'est que c'est en réalité un phénomène national !

Le panier de Jeanne

Men of wrath
Aaron et Garn
ey
Editions Urban Comics / 2015

par Mickaël Gereaume
[…] Parmi tous les thèmes que le scénariste Jason Aaron aime à exploiter, celui de la famille est sans nul doute le principal. Entre Scalped, De l'autre côté, Southern Bastards ou même Thanos Rising, tous ont à un moment ou un autre était inspirés par des proches de l'auteur. Pour Men of Wrath, le constat est encore plus étonnant puisque dans la préface, Jason Aaron confie que ses ancêtres ont du sang sur les mains, à l'instar de son héros Ira Rath et de sa lignée familiale. C'est donc empreint d'éléments autobiographiques que l'on plonge dans ce thriller impitoyable. L'histoire est simple puisque l'on va suivre un tueur à gages capable de tuer n'importe qui et qui va être engagé pour éliminer son propre fils. Que va t-il faire ? Cette question est celle que l'on se posera pendant une grande partie de l'album. L'intrigue est menée tambour battant et même si elle paraîtra moins ambitieuse (ou plus classique) que celle d'autres créations de l'auteur, elle reste d'une efficacité redoutable. L'histoire est en plus mise en scène par un Ron Garney en grande forme. L'artiste a collaboré précédemment avec Jason Aaron sur Thor mais contrairement à sa prestation déclinante sur les aventures du Dieu du tonnerre, il est cette fois-ci d'une constance indéniable. […]
Lire la chronique complète et les autres sur PlanèteBD

Le panier de Jeanne

Les Nuits de Saturne
Gomont d'après Malt
e
Editions Sarbacane / 2015

par Miss Alfie
Clovis sort de taule. Pincé plusieurs années auparavant à l'occasion d'une tentative d'exfiltration d'un révolutionnaire italien, il est bien décidé à se venger de celui qui l'aurait fait tomber. Sur sa route, la mystérieuse Cesaria.
Cet album est arrivé entre mes mains à cause du nom de Marcus Malte apposé sur la couverture. En effet, si Pierre-Henry Gomont est bien le dessinateur et le scénariste de cette bande dessinée, il s'est inspiré d'un roman de Malte, Carnage, constellation. N'ayant pas lu ce titre, il me sera difficile de statuer sur la conformité de l'intrigue au roman, mais je peux vous dire que l'ambiance Malte est au rendez-vous.
Les personnages sont tourmentés, sombres et complexes. Pétris d'émotions contradictoires et refoulées, Clovis en est l'exemple le plus puissant. Face à lui, Cesaria et ses mystères apparaît comme lumineuse. La passion, elle la vit, elle la sent. Impossible pour elle de ne pas écouter ce que lui disent ses tripes. Car la passion, la folie, c'est un peu le thème de cette histoire de vengeance. Il ne s'agit plus de réfléchir, il s'agit d'agir à l'instinct. […]
Lire la chronique complète et les autres sur CroqLivres

Le panier de Jeanne

Trou de mémoire 1 : Gila Monster
Seiter et Regnault

Editions du Long Bec / 2015

par Phibes
[…]Roger Seiter, scénariste qui s’est forgé sa réputation sur des récits aventureux, historiques et policiers, continue à alimenter le catalogue des Editions du Long Bec (après Envols, Alsace 1756, Sorcières, Wild River…) en y ajoutant son tout dernier qu’il a écrit avec Pascal Regnauld.
Prévu en deux tomes, cette nouvelle équipée nous donne l’occasion de découvrir les tourments d’un personnage qui a la particularité d’avoir un gros trou de mémoire et qui se doit de découvrir qui il est exactement. Il va de soi que la thématique n’est pas des plus originales par le fait qu’elle n’est pas sans rappeler la série phare XIII et les déboires du fameux tatoué. Toutefois, il n’en demeure pas moins que les déambulations hasardeuses du Gila monster auxquelles le lecteur va être associé se suffisent à elles-mêmes pour générer une intrigue à rebondissements perceptibles.
A la faveur d’une structure plutôt solide, Roger Seiter construit une sorte de puzzle autour de son personnage (Wilson/Gilford) dont les pièces vont progressivement se rajouter au fur et à mesure que l’amnésique découvre des indices. Evidemment, ce premier opus est loin de tout dévoiler mais laisse déjà filtrer assez précisément l’activité du protagoniste principal et ses accointances suspectes. Afin de donner un peu plus de consistance à la quête identitaire, le scénariste lui associe en parallèle d’une part, de façon récurrente, l’enquête policière menée par deux inspecteurs et de façon beaucoup plus réduite, les projets radicaux de la pègre newyorkaise. […]
Lire la chronique complète et les autres sur Scene@rio.com

Le panier de Jeanne

Tungstène
Quintanil
ha
Editions ça et là – 2015

par Gaël Blssuel
[…]Sous un soleil de plomb, un petit dealer, un flic violent, sa femme sur le point de le quitter et un militaire à la retraite vont jouer une curieuse partition avant que le scénario ne les fasse se rejoindre. Enchaînant les situations incongrues tout au long de son récit, au sein duquel chaque protagoniste semble plus ou moins isolé, Marcello Quintanilha interpelle sans jamais se livrer. Teintant son histoire d’un filigrane noir, qui convoque parfois le cynisme dans la binarité de ses personnages, l’auteur n’oublie pas un aspect essentiel : élaborer un polar démonstratif, sinon violent.
Car le scénario de Tungstène escalade avec vélocité le tensiomètre narratif dans une structure sous-jacente millimétrée. Sans s’y attendre vraiment – devant la quiétude relative de personnages plutôt tranquilles – tout d’un coup, on sent la pression gagner un palier supplémentaire, jusqu’à un épilogue juste et percutant. […]
Lire la chronique complète et les autres sur Publik’Art

Le panier de Jeanne

Tyler Cross 2 / Angola
Nury et Brüno

Dargaud / 2015

par L Cirade
[…]Les coups sans risque existent-ils ? Aussi fréquemment que les complices fiables, les représentants de l’ordre incorruptibles et les parrains magnanimes. Tyler Cross n’y croyait probablement pas, mais aujourd’hui, il se trouve prisonnier à Angola, sorte de ferme d’Etat, ou plutôt un camp de travail, aux conditions de survie on ne peut plus précaires. Il va falloir en sortir. Et remettre la main sur le magot qui lui vaut d’être ici, bien entendu.
Avec ce deuxième volet de Tyler Cross, le trio Nury-Brüno-Croix administre encore une leçon à tous ceux qui veulent en recevoir : pêle-mêle, les amateurs de romans noirs, les friands de portraits désenchantés où les puissants écrasent toujours les humbles, les gourmands d’ambiances qui refusent d’être tièdes, et, ce n’est pas le moindre de leur mérite, les amoureux de bande dessinée. […]
Lire la chronique complète et les autres sur BDGest’