Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

À la BiLiPo en janvier
À la BiLiPo en janvier

Une nouvelle exposition à la Bilipo

à partir du 20 janvier

 

Exposition DETECTIVE FABRIQUE DE CRIMES ?

Le grand hebdomadaire des faits divers

En 1928, Détective, lancé par Gallimard, grâce à l’aide des frères Kessel, prétend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numéros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les sœurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public. Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent. Mais que connaît-on vraiment de son histoire ? Comment expliquer une telle réussite ? C’est cette recette savamment composée – d’enquêtes rigoureuses et de «bidonnage» de l’information, de combats journalistiques et de recettes sensationnalistes –, que la Bilipo se propose de vous faire redécouvrir à travers cette exposition.

ark__73873_pf0000573866_1928_n1_v0001.jpg

Détective, n°1, 1er novembre 1928

COMMISSAIRES DE L’EXPOSITION :

Amélie Chabrier : universitaire, elle a pour domaine de recherche la littérature au XIXe siècle, en lien avec la presse, plus particulièrement judiciaire, autour de la médiatisation et de la fictionnalisation des procès.

Catherine Chauchard : responsable de la Bibliothèque des littératures policières.

Marie-Ève Therenty, professeur de littérature française à l'université de Montpellier 3 et directrice du centre de recherche RIRRA21, elle est spécialiste des relations entre presse et littérature.

 
 

 

présumées

victimes2

victimes1

victimes3

 
 

Crédits photographiques : logo © Facebook – Tous les logos sont © des institutions qu’ils représentent- Les couvertures de livres sont reproduites avec l’aimable autorisation d’Electre.

Conférences et rencontres

à la Bilipo

 

JOURNÉE D’ÉTUDE

Détective, fabrique de crimes ?

samedi 14 janvier de 9h30 à 17h

sur réservation pour le matin à partir de 9h30 au 01 42 34 93 00

sur réservation pour l’après-midi à partir de 14h au 01 42 34 93 00

Matin. Présidence : Anne-Emmanuelle Demartini

 

Ø  9h30 Ouverture de la journée d’étude par Catherine Chauchard, Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty.

Ø  9h45 Anne-Claude Ambroise-Rendu (Université de Versailles-Saint-Quentin) : Métamorphoses et constantes du récit fait diversier dans Détective des années trente.

Ø  10h15 Myriam Boucharenc (Université Paris-Ouest-Nanterre, ANR LittéPub) :

Noirceur de l'âme, lumière de la Une. Le fait divers aux feux de la publicité dans Détective des années 30.

Pause

 

Ø  11h15 Frédéric Chauvaud (université de Poitiers) :

Les "Témoins muets" mis en spectacle. La preuve scientifique entre exhibition et culture matérielle.

Ø  11h45 Marc Renneville (CNRS UMR 8560) :

Crimes et délires. Quand Détective enquête sur la folie criminelle.

 

Après-midi. Présidence : Matthieu Letourneux

 

Ø  14h00 Jean-Lucien Sanchez (UMS CNRS 3726) :

Le bagne colonial de Guyane et son traitement par le magazine Détective.

Ø  14h30 Maxime Fabre (Paris-Sorbonne, Celsa-Gripic) :

"Passeurs de sens" : étude comparée sur le visage médiatisé des Détective (1936) au visage représenté du Nouveau Détective (2014).

Ø  15h00 Nicolas Deliez, journaliste :

Le Nouveau Détective.

ark__73873_pf0000573866_1928_n3_v0001.jpg

Détective, n° 3, 15 novembre 1928

ark__73873_pf0000573866_1929_n21_v0001.jpg

Détective, n° 21, 21 mars 1929

 

Causerie au coin du feu avec Les amis d’Alexandre Dumas

Le Collier de la reine

jeudi 26 janvier à  18h30

sur réservation au 01 42 34 93 00

collier.jpgLa Société des Amis d' Alexandre Dumas, dont Claude Schopp est le président et Jacqueline Razgonnikoff la vice-présidente, a pour objectifs de s'intéresser à tout ce qui touche à l'auteur des Trois mousquetaires. Parmi les activités (conférences, visites, excursions…) qu'elle propose à ses adhérents, figurent des causeries au coin du feu, qui visent à faire découvrir ou redécouvrir des œuvres d' Alexandre Dumas. Jacqueline Razgonnikoff présentera le 26 janvier à la Bilipo Le Collier de la Reine, qui évoque la célèbre affaire "policière" qui a entaché la réputation de la reine Marie-Antoinette. C'est une aventure haute en couleurs où les personnages historiques côtoient les personnages fictifs, sur fond de complot et d'amours contrariées. 

Jacqueline Razgonnikoff est historienne du théâtre et a été bibliothécaire-archiviste à la Comédie-Française de 1976 à 2006.

Les mystères des codes secrets

Conférence d’Hervé Lehning

samedi 28 janvier à  16h

sur réservation au 01 42 34 93 00

codes.jpgLe chiffrement pour dissimuler ses communications, comme le décryptement pour espionner l’adversaire, sont au cœur de l’actualité, du fait des menaces terroristes comme de l’espionnage économique. Cette guerre entre chiffreurs et décrypteurs au cœur du renseignement et de l’espionnage a une histoire qui remonte à l’Antiquité. Elle recouvre pratiquement tous les grands événements de l’histoire, des guerres médiques à la Seconde Guerre mondiale, en passant par les conflits de la Renaissance. Au-travers de cette histoire du temps, les mystères des codes secrets se révèlent.

Conférence par Hervé Lehning, journaliste et écrivain scientifique, membre de l’association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l’information, commandant de réserve, auteur de L’univers des codes secrets de l’Antiquité à l’internet, Ixelles 2012.

 

Retour sur une rencontre

 

Oliver Gallmeister - créateur d’une maison d’édition qui fait découvrir au public français le genre  Nature writing, un courant majeur aux États-Unis - est venu nous parler avec passion de ses rencontres et de ses coups de cœur à l’occasion de l’anniversaire des 10 ans des éditions Gallmeister, samedi 3 décembre.

DSCF3315.JPG

Remise du 1er Prix étudiant du Polar

jigal.jpgLe 1er Prix étudiant du Polar, organisé par les étudiants du Master Humanités et Industries Créatives de l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense et parrainé par Alain Regnault (bibliothécaire à la Bilipo), a été remis samedi 10 décembre à Cloé Mehdi pour son roman Rien ne se perd paru chez Jigal (collection Polar) en mai 2016.

Tous les mois découvrez les polars à travers les illustrations de couverture

 

Ce mois-ci nous vous proposons un panorama sur le Masque !

6 opêration tenebres 1954.jpg

Fantomas1911.jpg

FERENCZI ROMAN POL 13.jpg

Les expositions à Paris

 

 Présumées coupables aux Archives nationales

Site de Paris - Hôtel de Soubise

 

Exposition du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017

Affiche expo Présumées coupablesRestituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure de la fin du Moyen Âge au 20e siècle, telle est l'ambition de cette grande exposition. Plus de 320 procès-verbaux d'interrogatoires, qui sont parfois les seules traces écrites de destinées fragiles, nous livrent les propos tenus par des femmes confrontées aux juges qui les questionnent.
L'exposition privilégie cinq archétypes : la sorcière en Europe aux 16e-17e siècles, l'empoisonneuse, l'infanticide, la pétroleuse de la Commune de Paris et, enfin, la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération.
Au-delà de la foule des anonymes jugées pour des « crimes atroces », seront bien sûr exposés les interrogatoires des personnalités : Jeanne d'Arc, La Voisin, La Brinvilliers, Violette Nozière, Arletty, etc.

 

Pour approfondir votre visite, nous vous invitons à découvrir nos documentaires (à consulter sur place).

 
 

présumées

 
 

Crédits photographiques : logo © Facebook – Tous les logos sont © des institutions qu’ils représentent- Les couvertures de livres sont reproduites avec l’aimable autorisation d’Electre.

Commenter cet article