Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Le coup de ♥ du Facteur

Les occasions de rédiger des coups de n’auraient pas manqué en cette rentrée d’automne 2016. : le formidable Cartel (Don Winslow), La Montagne rouge  (Olivier Truc), Aux vents mauvais (Elena Piacentini)... Finalement j’ai décidé de donner la place ici (une fois n’est pas coutume) à un roman de littérature jeunesse le premier rédigé par Catherine Fradier qui n’est pas une inconnue.

Le roman a pour sous-titre « Chroniques lunaires d’un garçon bizarre » et en effet Sacha, le narrateur de 14 ans, est bizarre, inhabituel. Il est atteint du syndrome d’Asperger. Cette forme d’autisme fait qu’il a peu d’empathie pour les autres, se réfugie dans des abris (le plus souvent une tente Quetchua bleue et blanche) et dit toujours la vérité. Sa mère, le docteur Sourieau ou Maman (ma mère) selon les circonstances (professionnelle ou familiale) vient d’être nommée au Congo (RDC). Elle est médecin pour une ONG. Elle a recueilli entre autres, Destinée, une jeune fille de 14 ans, ex enfant soldat et qui a un enfant, que son mari (rebelle congolais) a gardé dans son campement. Destinée a un seul but, récupérer son bébé et arrêter tout... la guerre. Et elle va demander à Sacha de l’aider dans son projet...

 C’est un roman fort, d’une part parce que l’action est au premier plan, aussi et surtout car tout est vu à travers les yeux d’un « handicapé ». Sacha a un grand projet : outre ses chroniques régulières dont il remplit des carnets, c’est un spécialiste de π. Fasciné par ce nombre, dont il connait une grande partie (la totalité est impossible même pour une machine à calculer comme lui) il écrit le Roman de pi. 3,14159  (3 = 3 lettres, 1= 1 lettre, 4 = 4 lettres...) ce qui donne Kim a rêvé y bâtir librement sa cabane... Un personnage attachant qui va seconder son amie Émilie avec laquelle il a réussi à construire une sorte de relation et partir (pas tout à fait volontairement) vers une aventure brutale et militaire. À la fois un handicap pour son amie aidée par les Rwandais puis le Casques Bleus et une aide précieuse.

Un roman différent qui mériterait de trouver son public, même en dehors des ados. 

Une petite chose sans importance, Catherine Fradier, Au diable Vauvert, 2016

Commenter cet article