Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

Chaleur Chaleur Chaleur
Pour lutter contre la canicule, il convient de bouger le moins possible. Rien de tel donc, que de rester au frais sous l'arbre, au coin de la piscine, ou pour les citadins : les pieds dans la bassine à coté du ventilo ! Avec un bon livre bien sur.
Que votre solution soit humide ou ventilée, voici un choix d'articles repérés cette semaine présentant des nouveautés. A ne pas rater pour finir :  une réédition d'un texte culte qu'il faut avoir lu, absolument... si l'on se prétend amateur de noir.

La Daronne
Hannelore Cayre

Métailié Noir 2017

par Argali
Comment, lorsqu'on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l'existence... qu'on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l'eau tout en élevant ses enfants... qu'on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d'heures d'écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir... on en arrive à franchir la ligne jaune ?
Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons... un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.
Mon avis :
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a du caractère, la Daronne. Après une enfance passée dans le luxe grâce à la contrebande de son mafieux de père dont elle a subi l’autorité, elle s’occupe de sa mère, absente pour elle tout au long de sa vie, mais qui se meurt lentement dans un home. Veuve très jeune, elle a élevé seule ses deux filles grâce à un travail de traductrice judiciaire. A 53 ans, désenchantée, elle trouve les gens inintéressants et n’a aucun ami. Elle a bien un compagnon, Philippe, un policier divorcé, gentil et prévenant. Mais elle ne s’y intéresse guère.
[…]
Lire la chronique complète et les autres sur le blog Argali

Ainsi débute la Chasse
David Patsouris

Rouergue Noir 2017
 

Par X
Bon, ça y est, je sais enfin ce que j’aime précisément en matière de polar !
D’abord, si l’action se passe dans la Creuse, le Massif Central ou la Basse-Normandie, je prends. L’exotisme ne me séduit pas spécialement, je n’ai jamais mis un pied en Amérique ni en Chine. Les polars sous la neige me fatiguent. Le sud ne m’attire pas du tout. A la limite, j’accepte la Belgique et encore… (Vous apprécierez l’ouverture d’esprit !) Et après, je me vante d’être pro-européenne…
lors, le dernier livre de David Patsouris : Ainsi débute la chasse remporte haut la main la première manche : en effet, l’action se passe à… (roulements de tambour) : Royan et Royan en ces termes (attention, on décolle) : « Royan n’a pas changé. Royan reste Royan, avec ses immeubles à retraités, ses ronds-points fleuris qui plaisent tant aux retraités, sa plage réensablée chaque année pour le plus grand bonheur des retraités, ses innombrables pharmacies à retraités, ses magasins de déco qui occupent tant les retraités, ses banques où les retraités mettent leur pognon, ses hypermarchés où traînent les retraités, ses restos typiques, standardisés et si chers pour piquer le maximum de blé aux retraités et ses maisons de la presse où les retraités viennent acheter leur journal de retraité. Non, Royan n’a pas changé : une ville de retraités bouffée par la promotion immobilière et l’allongement de la durée de la vie. » Pas mal, hein, cette petite mise en bouche ! Le lieu est planté et cette citation va me permettre d’aborder un deuxième critère : j’aime le polar social, sociétal comme on dit maintenant, le polar qui a les pieds englués dans notre époque… alors là, je me suis régalée avec le Patsouris parce qu’on est plongé dans des histoires politico-immobilières bien juteuses pour ceux qui sauront se placer, quitte à effrayer, menacer, faire chanter ou dégommer ceux qui gênent…[…]
Lire la chronique complète et les autres sur le blog Lire au Lit
 

Femme sur Ecoute
Hervé Jourdain

Fleuve Noir 2017

Par Claude
Femme sur écoute d’Hervé Jourdain est un excellent polar qui m’a fait passer un agréable moment. Ancien capitaine de police à la brigade criminelle de Paris, Hervé Jourdain sait de quoi il parle et cela se ressent. Tout dans ce polar sonne juste et j’ai eu le sentiment d’être immergé totalement dans le quotidien de ce groupe d’enquêteurs.
Ce polar débute à Paris, en avril 2017, deux semaines avant les présidentielles en France. L’univers politique et journalistique traverse cette intrigue. Le monde de la nuit est également très présent avec ses strip-teaseuses et escort girls de luxe pour clients fortunés.
Des écoutes téléphoniques sur la personne de Manon, une escort girl, servent d’entrée en matière à cette histoire. Manon vit avec sa sœur Julie, étudiante en philo, et avec le bébé qu’elle a eu avec Bison, incarcéré en préventive pour un braquage raté. Manon souhaite changer de vie et s’offrir un avenir meilleur. Mais tout ne va pas se passer comme prévu pour tout ce beau monde.
Pôle judiciaire des Batignolles. Les enquêteurs de la brigade criminelle de Paris, à peine déménagés du fameux 36 quai des Orfèvres, essaient de comprendre pourquoi chacune des enquêtes en cours fuite dans la presse. Compostel et Kaminski sont à la tête d’un groupe qu’a récemment rejoint Lola Rivière, experte en cybercriminalité. […]
Lire la chronique complète et les autres sur le blog Cygne Noir

 

Assurance sur la Mort
James M Cain
nouvelle traduction Simon Baril / Postface F Guérif
Gallmeister 2017

Par Camille
Ecrit en 1936, Assurance sur la mort bénéficie 80 ans plus tard d'une nouvelle traduction de Simon Baril et d'une éclairante postface de François Guérif. Le roman n'a pas perdu une ride.
Un de nos films noirs cultes étant sa splendide adaptation Double indemnity par Billy Wilder (ne ratez pas sa version remastérisée), l'intrigue du roman est encore plus forte et plus dense avec une dernière partie très différente de celle du film, bien meilleure.
L'auteur de Le facteur sonne toujours deux fois publié en 1934 reprend en partie la même trame narrative. Séduit par la troublante Phyllis Dietrichson, un agent d'assurance, Walter Neff conspire avec elle pour assassiner son mari, après lui avoir fait signer sans qu'il s'en aperçoive une police d'assurance prévoyant une grosse indemnité en cas de mort accidentelle.
Raconté à la première personne, le lecteur sait rapidement que le plan va échouer et se demande comment et à quel moment surgira la faille du meurtre parfait, si tant est qu'il existe. 150 pages de pur bonheur qui en font un classique du roman noir. […]
Lire la chronique complète et les autres sur le blog From the Avenue

Commenter cet article