Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par blog813

[le billet] American flashback.

La grande porte grince et se referme. Adieu Sing-Sing. Mike Dolan retourne d’où il vient. Il ne reste que la belle Madame Orchard. Son père et sa mère sont morts de la même maladie, son frère Ritchie disparu ; il était flic dans le Squad Strike.

Et Cora... ça fait si longtemps ...

Aujourd’hui c’est gratuit , il reprend son billet de dix.

Le patron du Bronx, à ce jour, c’est Kerrigan l’irlandais et Dolan s’attend à une question : ils sont où les diamants ? On s’arrange. Kerrigan lui demande de faire du recouvrement.

Barbara, la sulfureuse, est toujours là.  Elle court après les hommes et elle court vite.

Les traces de Ritchie sont rares, en tout cas ça dérange.

Ne serait-il pas temps de prendre le bateau ? Le temps n’est pas agréable à New-York !

 

Comme tout roman d’époque (1955 environ) Kerrigan fait la pluie et beau temps. Il y a des hommes de mains pour ça, mais l’appétit est trop grand.

Cora, la prostituée est noire. Elle a deux enfants et vit comme une moins que rien. Barbara, c’est la blonde incendiaire, au décolleté généreux et à la voiture rutilante. Ed l’imper c’est le ripou, les mains dans les poches, les armes bien cachées, prêt à tout. Le magot est plus que conséquent. Du classique dans un New-York à vendre.

 

Bronx, la petite morgue ; Laurent Guillaume ; Ed. French Pulp, mars 2017.

Commenter cet article