Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

[le billet]   PLUS FORT QUE NOUS, TU MEURS
  En 1888, on est encore à l’époque des cow-boys et les colts “peacemaker” font la loi. Le whisky est bien utile pour les bavures quotidiennes.
  Comment faire pour retrouver les amis d’antan et les soustraire à leurs familles ?
  Les inviter à un mariage. Dicky et Lingham vont retrouver Oswell et Godfrey, à eux quatre ils sont le Gang du Grand Boxeur.
  Dicky est proche de la gent féminine et des tables de roulettes. Oswell a une famille qu’il s’empresse d”embrasser chaque jour. C'est décidé, il va partir un mois. Godfrey c’est le frère. Il a des kilos en trop et sa femme est partie depuis dix ans.
  Oswell, pendant son voyage, va écrire à Elinore, sa femme et va tout lui dire . Le dernier, c’est Jim  Lingham , 1m 95, avec Béatrice, leurs chiens coyotes, Jésus, Joseph et Marie.
  Ils partagent Dieu et lui font allégeance.
  Le Gang du boxeur assassine souvent pendant ses braquages de banques, les indiens sont aussi assassinés par dizaines, femmes et enfants.
  Le mariage est prêt. Il faut enterrer le coffre, pas question de bavure dans l’église. Pour le reste, revolvers et couteaux sont plus discrets.
  Le bal du mariage bat son plein.
 
Des coups de feu retentissent dehors. Demain c’est le mariage officiel. Les mariés arrivent mais l’église est fermée, ça commence bien !
  Pas le même pasteur que d’habitude. Il cache bien ses intentions. Ses amis font irruption et braquent l’assemblée. Le Gang du grand boxeur est promis à la corde.
  Et survient dans l’église une fusillade digne de ce nom. La bagarre continue dans la rue.
  Les paysages de western seront témoins de la fin. Le dernier Oswell, assis sur son cheval, monte la colline dans la lumière éblouissante.
 
  Le Gang du grand boxeur pense tenir le monde au bout de ses armes. Et comme souvent, ils vont rencontrer pire qu’eux. La “Justice” par les armes fait bien son travail. Les tueurs sont à leurs places. Les cordes se balancent autant qu’elles peuvent et les revolvers vont résonner longtemps. La scène de l’église au cinéma ferait un malheur, c’est le cas de le dire. Les vautours feront le reste.
 
Une assemblée de chacals ; Craig Zahler ; Ed. Gallmeister, Septembre 2017.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article