Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Michel Barouh a voulu réagir sur le roman de Jean Contrucci.

 

Je m’appelle Jean-Gabriel Lesparres, ex prix Goncourt, couvert de prix et  directeur littéraires des éditions Fontange, depuis des années je suis harcelé par mon éditeur qui me réclame un nouveau roman.

J’ai réussi à finir Le ​V​ol du gerfaut, mais le résultat n’est pas à la hauteur. Je ne veux pas avoir écrit le livre de trop. Ce roman ne doit pas sortir.
J’ai une idée : me faire voler le manuscrit. Manuscrit écrit à la main, à l’ancienne et sans aucun double.
J’ai payé un jeune homme pour ce boulot.
Des mois plus tard je reçois un manuscrit venu des État Unis, j’ouvre et je découvre Le vol du gerfaut, signé du nom d’une inconnue.
Je vais mener l’enquête pour savoir comment mon manuscrit a pu traverser l’Atlantique.
Appel à un détective privé pour retrouver ce petit voyou et pour savoir ce qu’il a fait du manuscrit. Puis d’un ami truand à qui j’ai servi de "nègre" autrefois pour publier ses mémoires, on va faire parler mon voleur.
Accrochez-vous ça va tanguer !

Jean Contrucci, s’inspirant du vol du roman de François Nourissier en 1994, affaire dans laquelle il fut aux premières loges car journaliste au Provençal, nous livre un roman qui ne laisse aucun répit au lecteur.
Suspens, action, humour, critique du monde de l’édition
Le ​V​ol du gerfaut est tout cela, mais aussi une réflexion sur les affres de la création, le manque d’inspiration, la peur d’écrire le livre de trop. Écrit avec élégance et un sens aigu du tempo il nous tient en haleine de la première à la dernière page.

Le ​Vol du gerfaut, Jean Contrucci,HCéditions, 236 pages, 19€

Tout comme René (Renato?) j'apprécie énormément  Jean Contrucci. Sa bibliographie  contrairement à ce que pourraient croire certains ne se résume pas à la série "Les nouveaux mystères de Marseille"

C'est la première fois que j'interviens ici pour défendre ce grand monsieur et recommander à celles et ceux qui ne l'ont jamais lu de le découvrir à travers son dernier roman "Le Vol du Gerfaut" aux éditions HC . Pour mémoire la présentation de René est
ici sur le blog813


A travers une énigme bien construite, il met en scène un écrivain de renom qui tarde à livrer un  manuscrit à son éditeur. - N'est ce pas le livre de trop ?- c’est la question qu’il se pose et que devrait se poser selon lui tout auteur qui se respecte.

Il emmène alors le lecteur à la découverte d’un monde qu’il connait bien, celui de l’édition. Ancien journaliste au "Provençal", correspondant du "Monde" à Marseille, Jean Contrucci a été également critique littéraire pour le journal "La Provence". 

Le point de départ de l’histoire rappellera probablement un fait divers qui fit grand bruit il y a de cela quelques décennies.

La relation entre l'éditeur et son auteur permet de poser à Jean Contrucci un regard sans concession sur un monde qu'il décrit avec la précision d’un entomologiste. Au risque de ne pas se faire que des amis, il pointe avec humour et malice les travers du système.  

L’écriture est agréable, claire, précise. La langue française est traitée avec élégance, l’emploi de l’imparfait du subjonctif, loin d’être un simple effet de style, y trouve tout naturellement sa place, procurant à qui sait l’apprécier un plaisir supplémentaire … Il n’hésite pas à citer les classiques, ses références en littérature.

A le lire, écrire paraît si simple… c’est la preuve d'un grand talent. On ne peut qu'être d'accord avec Jérôme Garcin qui dans le Nouvel Observateur a écrit “Un roman de Jean Contrucci ça se dévore pour l’intrigue, et ça se déguste pour la manière”    


"
Le Vol du Gerfaut" est assurément un excellent livre qui ne manquera pas de séduire un très grand nombre de lecteurs
.

 

 

(Faut-il ajouter qu'il s'agit pour moi aussi d'un coup de cœur?)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

louvet 22/01/2018 15:10

Très intéressant; je le note dans ma Pal