Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Une semaine en enfer
  Un homme gesticule, une arme à la main. La police municipale est là et le prend pour cible. Le tir est juste et il est tué.
  C’est un policier.
  Il est de l’anti-terrorisme et, il y a cinq minutes, il participait à une fusillade entre Slimane, la balance et des arabes possesseurs de Kalachs.
  Les morts se comptent et une affaire terroriste fait son chemin.
  C’est le Combattant qui tire les ficelles au nom d’Allah. Il veut la destruction de l’Occident. Pour la vie privée et le sexe, il a choisi la Petite Gauloise. Elle aussi veut la destruction de la société, parce qu’elle est laide.
  Dans la cité des 800, c’est l’émeute. Le lendemain, au lycée, on se pose des questions. Dans l’Algéco 47 qui sert de classe, on entend des sirènes et tout le monde de suivre les consignes de sécurité.
  Des filles, des garçons, ça dérape. Dehors, les flics font le sale boulot. On s’en félicite.
  La Petite Gauloise est dans l’Algéco. Elle veut montrer qu’elle hait la société
 
  Troublant, c’est le moins qu’on puisse dire. Un roman, dans un monde qui a déjà l’expérience du pire. D’une police qui part au plus pressé. D’individus qui semblent “normaux” et qui vont aller vers le dangereux.
  La Petite Gauloise l’écrit dans “Manuscrits de la Petite Gauloise.” Qui fera date.
  Destruction de l’âme française et nihilisme à tous les étages.
 
  La Petite Gauloise ; Jérôme Leroy ; Ed. La manufacture de livres ; mars 2018.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article