Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

[le billet] La fille à papa.
  Dès six ans, mon père Martin me mettait un fusil entre les mains. Aujourd’hui, j’en ai quatorze, en plus du fusil, je suis la petite connasse et il m’appelle aussi Croquette. A l’école, c’est la catastrophe et mon père commet l’irréparable bien souvent. Pour les séances de gym dans la cuisine, le pire est au bout du couteau. Mon surnom c’est Turtle, mais mon vrai nom c’est Luisa.
  Dans la maison, des cibles, dans tous les coins. Turtle s’entraine, des coups de feu tous les jours. Martin l’engueule, ce n’est pas assez. Ce matin, elle décide de faire un tour dans la campagne. Elle ne le lui dit pas. Quand elle va rentrer, ça se passera mal. “Avec moi ça se passe toujours mal.”
  Lors de sa ballade, elle rencontre Brett et Jacob. Ils sont perdus et il pleut tant qu’il peut. Martin l’attend, il est là, dans son fauteuil sur la terrasse, un pistolet sur l’accoudoir et un fusil posé dans le dos. Il lui dit combien il l’aime. “My absolute darling.” Turtle aime aussi aller chez Papy. Ils jouent aux cartes, pour Papy sur le côté de la table la bouteille de Bourbon, pour Turtle le pistolet.
  Leur vie de “couple” avec Martin est difficile et violente . Martin remplace t-il sa femme disparue en mer,  par Turtle ?
  Papy passe la main. Il n’est pas encore dans le trou que Martin fait tout flamber. Turtle va se venger, papa est absent.
  Turtle va sur une île avec Jacob, il faut faire un feu. Il ne sait pas faire. Encore un échec ? Tous les hommes qu’elle approche, son père, son grand –père, Jacob, rien ne va.
  Elle a pourtant pour son père un amour total, infini, il n’y a que lui.
  Tous les jours les armes ont leurs cibles, jusqu’à la bavure. Une bavure à 50 cents.
  Si son père la viole, il n’y a qu’avec la nature qu’elle fait l’amour.
  Martin a ramené depuis  quelques de jours une gamine de dix ans, Cayenne. Il l’a trouvée dans une station service. Un homme l’a secouée un peu trop fort.
  Martin est un salaud. Il va encore le montrer. Puis vient le temps de faire parler les armes. La mer va laver les larmes et la nature va reprendre ses droits.
 
  Gabriel Tallent avec deux L, sans doute pour voler un peu au-dessus des autres. Quel personnage que Turtle qui va passer par toutes les saloperies que la vie a en stock. Elle aime et déteste avec la même force. Elle ne veut pas qu’on la voit en perdition. Elle attend d’elle-même, la décision qui fera qu’elle retourne chez les vivants.
 
  My absolute darling ; Gabriel Tallent ; Ed. Galmeister, Mars 2018.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article