Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Hervé Delouche, représentant 813 sur place,  nous a fait passer ce retour de Frontignan qui mérite d'être diffusé sur le blog. Merci Yan.

Retour de Frontignan

Publié le par Yan

C’était donc le week-end dernier. Vingt-et-unième édition pour le Festival International du Roman Noir de Frontignan. On peut bien entendu louer le beau temps, le cadre, la soirée sur la plage et celle dans le parc du cinéma Le Mistral, la découverte du muscat rosé (ne surtout pas dépasser la dose prescrite), mais on n’oubliera pas l’essentiel : la littérature et ce qu’elle dit du monde.

C’est que depuis sa création, le FIRN s’attache à toujours tourner autour moins de l’actualité littéraire que d’un thème. Place cette année à « L’argent et la guerre ». On ne pouvait pas mieux tomber entre la mort de Serge Dassault et l’annonce le 28 juin, à la veille du festival, de la mise en examen de l’entreprise Lafarge pour complicité de crime contre l’humanité.

C’est un riche programme qui venait appuyer ce thème avec notamment – pour celles auxquelles nous avons pu assister – des tables passionnantes. C’était samedi matin celle consacrée aux Soldats de fortune et chiens de guerre, animée par Michel Abescat qui fut l’occasion de quelques échanges particulièrement vivifiants entre les participants, Michel Moatti, Frédéric Paulin, Serge Quadruppani et Jérôme Leroy qui ont su donner avec l’aide du modérateur une grande cohérence à un ensemble un peu hétéroclite de romans traitant autant de déserteurs pendant la Première Guerre mondiale, que du génocide rwandais, ou du terrorisme et des dérives de ceux censés lutter contre.

L’après-midi, c’est sous la houlette de Christine Ferniot que débattaient Vladimir Hernández, Marin Ledun, Russel D. McClean et Samuel W Gailey sur le thème de « La bourse et la vie », qui a tôt fait de dériver sur la question de l’utilisation des personnages féminins.

En suivant, ceux – nombreux – qui avaient fait le choix de se passer du match France-Argentine et de la déception d’Ernesto Mallo ont pu bénéficier d’une riche rencontre entre Anne Bourrel, Vincent Ravalec, Timothée Demeillers, Olivier Norek et Éric Plamondon, cornaqués par Michel Abescat dans un débat intitulé « Boucliers humains » et qui, dans une bonne humeur communicative a su aborder néanmoins des sujets graves tournant finalement beaucoup autour de l’aliénation  mais aussi des moyens de la briser.

Tout cela entrecoupé de moments plus légers, rencontres informelles, verres partagés, lectures et, le dimanche après-midi une rencontre digne d’un one man show de la plus belle eau avec Jean-Bernard Pouy (Hervé Delouche de 813, pour lancer l’artiste) abordant des sujets aussi déterminants que son amour des chariots de supermarché, son combat pour les ZAD (« Les bistrots, ce sont mes ZAD ! ») où la littérature bouddhiste autrichienne.

Bref, une fois de plus grâce à l’Association Soleil Noir et à ses infatigables bénévoles, le FIRN a su offrir à ses visiteurs une bien agréable parenthèse à la fois hors du monde et en plein dedans.  

Jusqu'ici, Yan avait les honneurs de la couverture du Facebook du Firn. Saurez-vous le reconnaître ?

Jusqu'ici, Yan avait les honneurs de la couverture du Facebook du Firn. Saurez-vous le reconnaître ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article