Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

J'y étais et comme ça ne se passe que tous les deux ans, j'y vais de mon petit compte-rendu, avec beaucoup de retard, il est vrai.

B.L.

Samedi 29  septembre

Quand on arrive à Vieux Boucau, station balnéaire landaise, la première chose à faire est de trouver les arènes.

Se tourner alors de 90 ° et on trouve facilement la maison des clubs et son excroissance de toile où se tiendront le salon et ses débats.

 

On commence par des salutations, accolades et embrassades pour ceux que l’on connait, un rapide salut pour les autres. J’installe le stand 813 juste à côté  de celui de Fondu au noir : Caroline de Benedetti a déjà étalé ses numéros de L’Indic. Pas la première fois, ni la dernière sans doute que nous sommes invités dans le même salon.

 

11 h, l’heure de l’inauguration et des discours. D’abord la représentante du Conseil municipal puis le département. On sent que cette manifestation est soutenue.

Géraldine Hardy, la grande organisatrice, qui travaille à la médiathèque des Landes à Mont de Marsan ne s’est pas contentée de cette manifestation : les animations dans les médiathèques vont durer jusqu’au mois de mai : Moliets-et-Maâ, Capbreton, Bénesse-Maremne, Vieux Boucau, Saint-Jean de Marsac, Saint Vincent-de-Tyrosse, Magescq, Messanger, Azur. Le 29 septembre, Marcus Malte donnera une lecture musicale du  Garçon à Moliets-et-Maâ. Bref un travail de fond qui ne peut se faire sans un soutien institutionnel.

 

 

Ensuite, bien sûr, le traditionnel apéro, blanc, rouge ou rosé.

Le repas de midi est assez particulier : les bénévoles ont scindé les invités en plusieurs groupes, une dizaine par groupe et chaque groupe choisit le restaurant, station balnéaire oblige. Nous suivons Xavier et nous retrouvons, quelques uns avec Olivier Truc, Nicolas Mathieu et un auteur grec que je ne connais pas encore et son éditrice de chez Albin Michel, dans un endroit où l’on sert la nourriture en bocaux (bien sûr, il y a du canard au menu. 

Nous sommes rejoints par le groupe de Géraldine Hardy qui comporte aussi quelques connaissances.

 

Bien sûr le groupe qui attaque la première causerie est parti le premier à l’assaut des restaurants.

 

Après le repas une petite balade vers la plage où les vagues sont impressionnantes.

Le public, nombreux, nous a déjà gratifiés de sa présence. L’après-midi s’enchaîne avec les deux causeries. Pendant  les discussions, la salle des dédicaces est plutôt déserte et les auteurs sympathisent.

 

Sonia Dezongle s’exerce au bilboquet devant ses collègues. On discute, on attend le chaland. L’ambiance est pour le moins sympathique.

 

 

 

Le Grec s’appelle Christos Markogiannakis. Le samedi il aura épuisé son roman en dédicaces. Sa charmante éditrice (Albin Michel) promet de me l'envoyer en SP. Du coup j'ai acheté son autre livre.

Non loin de moi, Nicolas Mathieu et Olivier Truc plaisantent avec Caroline de Benedetti.

Jean-Bernard Pouy, abandonnant un instant le roman qu’il lit, se met en abîme…

 

 

 

Mais dès que le débat est terminé, la foule envahit la salle, on se presse à la librairie (sur l’image, la librairie Caractères, à l’opposé de la salle, Bulles d’encre, toutes deux de Mont de Marsan) et en dédicaces. On retrouvera ce cycle salle quasi vide/ salle pleine tout au long des deux jours.

 

Pendant ces deux journées, les Docteurs Polars sont venus dresser leurs ordonnances et vu la chaleur qui avoisine les 30°, ils sont jambes nues sous leur blouse. Leur rôle ? animer ces deux journées en proposant des ordonnances livresques (après un questionnaire), en jouant les crieurs publics. Il ont même fait passer la plupart des auteurs à leur moulinette devant l’œil d’une caméra.

Je laisse le stand aux bons soins de ma voisine pour me rendre au deuxième débat. Le thème ? « Loin des grandes villes : l’espace géographique comme décor » C’est Yan Lespoux  qui l’anime et le modère.

 

Jérémy Bouquin, Cyril Herry, Philippe Leroy, Nicolas Mathieu, chacun à sa manière a créé un lieu unique, parfois social où les êtres se rencontrent. Yan Lespoux (au centre) nous amène à mieux les cerner.

 

La journée s’achève comme dans les aventures d’Astérix par un banquet (disons plutôt un repas gastronomique). Tous en terrasse d’un restaurant. Je suis assis près de Xavier et à côté d’une bibliothécaire qui causent boutique, Christos vient me rejoindre et nous aurons une longue conversation qui va durer tout le repas. Puis c’est avec les deux bénévoles que tout cela s’achève. Je quitte la tablée suffisamment tôt pour pouvoir faire bonne figure le lendemain.

Dimanche 30 septembre

La journée s’écoulera comme celle de la veille, avec cette fois, en filigrane l’idée du départ. Je m’intéresse aux animations se trouvant à l’entrée de la salle.

 

Une association propose des jeux avec, pour beaucoup, les portraits de tous les invités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les cartes, les auteurs sont désignés par leur prénom

 

Un peu plus loin, on fait expérimenter au public les méthodes des experts, par exemple, ici, extraction d’ADN de banane par deux enfants (avec notre guide d’hier, Xavier) ; enfants et adultes sont médusés :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les bénévoles s’agitent discrètement et font leur part, au bar par exemple où ils se succèdent.

J’ai été étonné de ce que peu de personnes du public avec qui j’ai discuté connaissent l’association 813 que j’espère leur  avoir fait découvrir.
 

Une galerie de portraits, on sent les auteurs détendus.Nicolas Mathieu

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Nicolas Mathieu, face et envers, (photo Caroline de Benedetti)

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Juana Salabert et réplique du précédent,

Caroline de B. photographiant Olivier Truc et Pascal Dessaint

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Inger Wolf, la traductrice et Yana Vagner, Hervé Jubert

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Jérémy Bouquin, Séverine Chevalier, et Pascal Dessaint

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Claire Favan et Cyril Herry, Sonia Delzongle

[En différé de] Vieux Boucau[En différé de] Vieux Boucau

Sébastien Rutès, Jérémy Bouquin

[En différé de] Vieux Boucau

Sans oublier les piliers : Jean-Bernard Pouy (un fidèle) et Marin Ledun qui vient en voisin et qui a beaucoup fait pour ce festival.

Ce festival, comme beaucoup d’autres est un moment de retrouvailles, de découvertes, de convivialité.

Le rythme de la biennale laisse aux organisateurs du temps  pour rechercher les auteurs, les animateurs et le soutien financier indispensable.

Il est temps de repartir, non sans avoir rencontré, in fine, une bibliothécaire que j’avais aidée via le blog à contacter un auteur. Nous causons… bouquins et lectures.

Je garderai un excellent souvenir de ce festival détendu et sympathique.

 

Longue vie à Le Polar se met au vert à Vieux Boucau !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article