Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Eva Dolan, de la suite dans la Haine

Je n’avais pas rédigé de coup de pour les Chemins de la haine (grand prix des lectrices de Elle 2018) car je l’ai lu bien après sa sortie mais ce roman fort, social, très noir, puissant m’avait secoué.

J'ai pu me procurer auprès des éditions Liana Lévi le second roman d'Eva Dolan traduit en français.

J’ai eu d'abord un peu de mal à entrer dans ce roman mais du plaisir à retrouver les personnages récurrents de cet auteur, l’inspecteur Sizig et le sergent Ferreira, lui d’origine serbe et elle portugaise. Cette filiation a son importance car ils font partie d’une brigade, dont on se demande si elle existe vraiment, la brigade de la Haine (d’où les titres français, titre anglais : Tell no Tales). Brigade chargée de s’occuper des crimes haineux, le plus souvent racistes et plus généralement discriminatoires dans la ville de Peterborough (Cambridgeshire).

Le récit commence par la découverte de deux cadavres : à quelques semaines d'intervalle, les caméras de surveillance ont saisi les images de deux meurtres, à coups de bottes, d'hommes d'origine étrangère commis par un agresseur masqué exécutant le salut nazi. Ensuite, ce sont deux jeunes polonaises, deux sœurs, qu’un chauffard tente d’écraser. Bilan deux morts, la plus jeune des sœurs et un homme qui a sauvé l’ainée. Un troisième étranger mourra sous les coups de talon mais les musulmans du quartier ont capturé le coupable et le livrent à la police.

Tâche complexe, tout ceci ne semblant avoir aucun rapport, la brigade est bien sûr sous pression de sa hiérarchie, les tensions ethniques, notamment entre Polonais et Pakistanais sont fortes. Ajoutons au tableau un politique d’extrême droite, flirtant avec les groupes néonazis qui entend bien se faire réélire....

Bref un roman sous tension permanente, encore plus noir que le précédent, engagé, magnifiquement construit, bien traduit, qui vous emporte avec lui. Une vision lucide de la société anglaise et de ses tensions.

Eva Dolan une nouvelle voix noire et sociale que l’on n’a pas fini d’entendre.

Eva Dolan, Haine pour haine, traduit de l'anglais par Lise Garond, Liana Lévi, janvier 2019, 432 p.

 

Le Facteur vous salue bien

Ce roman sortira en librairie le 10 janvier 2019. Vous pourrez aussi trouver en poche dès le 3 janvier les Chemins de la Haine (Long way home)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vals 08/01/2019 14:44

merci de votre réactivité!

blog813 08/01/2019 19:22

La réactivité a toujours été une de mes qualités (Boris, agent de liaison= 813

Vals 07/01/2019 22:10

Je suis toujours étonnée que le traducteur ne soit pas expressément cité, qui plus est quand il est précisé que le roman est bien traduit. Voici mon voeu pour 2019, que cette profession, sans qui les lecteurs ne connaîtraient aucun auteur étranger sauf à lire leurs oeuvres dans le texte, reçoive enfin sa juste place, près de l'auteur

blog813 08/01/2019 00:00

C'est corrigé.

blog813 07/01/2019 23:58

Bien sûr, la traduction est signée par Lise Garond. Merci de ce rappel.