Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Je ne sais pas si c’est le temps ou bien la fatigue, je sors d’une période où mes choix de lecture ne m’ont pas du tout emballé. 3 livres lus, 3 livres arrêtés. Du coup, je me suis dit qu’il fallait que j’aille voir du coté des conseils de mes collègues blogueurs. Et donc, hop ! 3 livres achetés ! J’espère que cette sélection va vous aider aussi. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

(Comme notre ami Pierre est très gentil, vous remarquerez qu'il n'a pas cité les livres qui lui sont tombés des mains - grain de sel de Jeanne D)

 

Le Cherokee
Richard Morgiève

Joelle Losfeld 2019

Billet rédigé par Laulo

Pour bien aborder ce roman, il faut resituer l’action dans le temps.
Nous sommes dans l’Utah en 1954.
Moins de dix ans auparavant, les Etats-Unis ont lâché leurs bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki.
La guerre de Corée vient de s’achever et nous sommes en pleine guerre froide, principalement avec la Russie, à l’époque URSS.
Ce philosophe français si laid disait que l’enfer c’était les autres. Les Marines, eux, disaient que l’enfer c’était à Guadalcanal et Nick Corey, lui, pensait que l’enfer c’était tout le temps.
L’Après-guerre de la seconde guerre mondiale voit l’explosion de l’industrialisation, l’utilisation de minerais comme l’Uranium, le Mercure, le Chrome. C’est aussi le début des révolutions technologiques, l’expansion des mégalopoles et l’appauvrissement des zones rurales.
La suite est à lire sur le blog Evadez-moi

L’empathie
Antoine Renand

La Bête Noire – Robert Laffont 2019

Billet rédigé par Nadia
Antoine Renand frappe TRES fort avec son premier thriller.
100% impressionnant…  100% maitrisé… Totale réussite !
L’histoire démarre en force, le prologue accélère méchamment votre rythme cardiaque et le premier chapitre vous met le coeur au bord des lèvres. Un violeur en série sévit dans les ascenseurs, il en est à sa troisième victime. Alpha, un autre violeur-psychopathe qui hait les femmes et agresse des couples en pleine nuit à leur domicile laissant libre cours à ses pulsions les plus barbares. Les enquêtes sont confiées à  Anthony Rauch dit ‘la Poire’ et Marion Mesny, ils font partie de « la brigade du viol ».
La première partie nous scotche par sa violence, elle nous immerge dans le décor et nous permet de faire connaissance avec les différents personnages. Mon trouillomètre a atteint des sommets durant les cent premières pages, j’ai dû me relever pour vérifier la fermeture de mes portes. Je vous avoue pourtant avoir craint le thriller classique, le déjà vu, rempli de grosses ficelles, la énième traque de psychopathe bourrée de clichés et de violence gratuite, qui allait forcément me décevoir. Et bien… NON, nous en sommes loin, fort loin.
La suite est à lire sur le blog livressedunoir

La transparence du temps
Leonardo Padura
, traductrice : Elena Zayas
Liana Levi 2019

 Billet rédigé par Jostein
Avec Les brumes du passé, j’ai découvert et aimé le personnage de Mario Conde, cet ancien flic « hétérodoxe et fantasque, allergique aux armes et à la violence qui lisait trop, prétendait écrire et disait fonctionner en suivant ses coups de cœur, ses préjugés et ses prémonitions.»
Mario Conde a quitté la police en soutien à un chef écarté. Depuis il vivote en vendant de vieux livres d’art récupérés dans les vieilles demeures désertées et en enquêtant comme privé pour des amis. Car pour Conde, l’amitié est essentielle. Dès qu’il a un peu d’argent, c’est pour partager rhum et petits plats avec sa bande d’amis.
Avec Hérétiques, j’ai aimé l’alliance de l’Histoire et du quotidien de Conde avec ce regard inquiet sur la société cubaine. je retrouve ici avec La transparence du temps exactement la même construction. Évidemment, je perds un peu en découverte mais je ne me lasse pas de l’empathie de Conde ni des prouesses de Leonardo Padura qui sait si bien m’embarquer dans ses histoires et dans l’Histoire.
La suite est à lire sur le blog Surlaroutedejostein

Satan dans le désert
Boston Teran
,  traducteur : Éric Holweck
Gallimard – Série Noire 2005 et Folio

Billet rédigé par Irène la Belette
Ça, c’est ce qui s’appelle une lecture « coup de poing uppercut »… Assurément, âmes sensibles, abstenez-vous d’ouvrir pareil livre, vous le refermeriez bien vite. Ce roman est donc à ne pas mettre entre toutes les mains, c’est pour cela que je ne le conseillerai qu’aux lecteurs avertis.
Comment vous expliquer cette lecture très sombre, cette violence qui suite de toutes les pages, tout en vous expliquant que « Satan dans le désert » est un roman hallucinant et que je l’ai apprécié ?
Sur le toit de goudron noir, la pluie génère une multitude de ruisseaux irréguliers qui s’évacuent vers les gouttières oxydées. Mais elle ne lave rien. Elle ne l’a jamais fait. La crasse qui est le lot quotidien de chacun est bien trop importante.
Le pitch : Bob Hightower est ce qu’on appelle un flic « pépère », assis derrière son bureau, dans un bled proche de Los Angeles, à la frontière du désert.
Il est divorcé, adore sa fille et tout irait bien dans sa vie si on n’avait pas retrouvé son ex-femme et son nouveau mari plus que sauvagement assassinés… Et quand je dis « sauvagement », je suis encore gentille… Le chien et le cheval sont dans le même état et Gabi, sa fille chérie de quatorze ans, est introuvable parce qu’enlevée.
La suite est à lire sur le blog Thecanniballecteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Boris 16/02/2019 00:30

Marrant, je ne suis pas sûr que ce soit fait exprès, mais le héros de 1275 âmes est le shérif Nick Corey, exactement comme le Cherokee de Morgiève (qui revient au polar après avoir fait un (très) long détour par la blanche). Je me disais aussi : « On le revoit sur des festival polars. » Je comprends mieux pourquoi