Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

​ Périphs.
    Je ne suis pas Paris - Cloé Medhi
    Sofiane parle mal la France et se retrouve à Fleury-Mérogis. La peine augmente et pour cause. Une nuit, la maladie le frappe. Et Sarah arrive à toute vitesse en voiture.
 
    The Morillon House - Karim Madani
    Quartier populaire. Dealers et Leader Price. Steven et Sarah, couple d’occasion. Dans la cave, un fusil. Sur la place, un centre social. Et ce soir, sur TF1, Paris-Manchester.
 
    On a des yeux pour croire - Insa Sané
    Dans les tours en béton, personne n’a choisi d’y vivre, mêmes les flics s’y habituent. Mani le zonard, Malika la journaliste. Un mot : “l’intégration”. Quand elle écrit, ce n’est pas du bon côté. Adieu le papier. Pour Benisti, “le juif aux pieds noir”, il va apprendre aux autres. Pour Mani, Létranger de Camus ne suffit pas.
 
   Métamorphose d’Emma F – Christian Roux
    Un ornithorynque de 107 kilos qui ne gagne pas un rond pour confondre les caves et le quartier de Pigalle. Le boulot, les machines à laver, les grandes bien sûr. Il n’y a qu’une façon de maigrir c’est d’habiter au quatorzième et de faire bouffer “à” l’autre un frigo par jour, ça marche, 67 kilos.
 
    Sous le le périphérique - Marc Villard
    Papa a les mains qui collent. Alors Lulu va s’installer sous le périph de Saint-Ouen. Un peu du monde entier dans pas très grand et quelques castagnes assassines, pour quatre billets de 50. J’ai rien, je dirai rien. ” Avec la gare du Nord pour dernier terrain vague”.   
 
   Le cimetière aux Ânes - Jean-Pierre Rumeau
    Sandra, c’est Marylin Monroe et Ava Gardner, Jeanne Moreau et B.B. Alec lui tient sa boutique de vélos. Et les voilà Toupet et Toupette. La nature cache encore des loups. Leur histoire d’amour est dérangée. Fini la pleine lune. La forêt est difficile et le chemin les emmène sur le Chemin des Sables du Cul de Chien. Là, près d’un feu, un cerf, il entend bien rester le patron de ces bois. Tout près, une biche en larmes.
 
   Enfin Pantin - Timothée Demeillers
    La frontière est transparente entre Kukës et Pantin. Et à Pantin on ne voit pas la Tour Eiffel. Enfermé, ce sont les ordres de Bekin. Paris c’est loin, tout comme l’Albanie où les familles voisines se haïssent depuis Neanderthal. Spécialité méditerranéenne . Même à Pantin, Arjana me court après.
 
   Jusqu’au dernier souffle - Rachid Santaki
    Moi, Saint-Denis, je l’aime, je la baise, j’en profite c’est mon amante. Mais pour ça il faut y “travailler”, c’est pas ça qui manque. Faut de la gueule et un feu dans la poche. C’est une entreprise que Shit City. La belle Nina fout le cirque, elle a de quoi. Mais la bande de crackers le dit haut et fort : “c’est une meuf, ça compte pour rien”. Direction la rue, la porte de Paris. Un des endroits les pires du périph. Des voitures et des scooters, autant qu’il peut.
 
    La baronne - Marc Fernandez
    Joséphine a le portefeuille qui déborde et cela depuis toujours. Elle est généreuse et met dans sa poche Pablo, moitié plus jeune qu’elle. Il est dans les affaires colombiennes. Une des rues de Neuilly se transforme en 9.3. Des coups de feu et du sang, des gangsters connus. A la une du lendemain. “Neuilly sur coke.”
 
    Fin des travaux prévu : février 2027- Guillaume Balsamo
    Sur les bords de la Seine, à Ivry, de tout un peu, kabyles, asiat, doudou look Sifredi et les filles qui vont avec. Des vendeurs et quelques cadavres en situation exponentielle. Les morts sont rendus à trois chiffres. Est-ce un travail d’équipe dans ces friches industrielles ?
 
    Les ombres du Trapèze - Anne Secret
    Sur l’écran télé, un assassin. Je suis sûr que c’est lui. Un ancien Renault. Deux balles dans le dos, c’était mon père en 1972. Le Trapèze de Billancourt est neuf aujourd’hui, plein de verre propre et de verdure. L’homme de la télé, est-il encore dans la quartier ? Et les autres Renault en reste-t-il ?
 
    Martyrs obscurs Anne – Sylvie Salzmann
   Le RER fait la frontière. Ça fait plus que longtemps que je t’ai vu. T’as pris des kilos de ventre, de barbe, de crasse, de bière. Les rues ne sont pas mieux, des oiseaux aux look de martyrs. Est-ce les chats ? La villa des Figuiers est ouverte, je sais où est ta chambre. L’odeur de la fin du monde.
 
    Le jour où Johnny est mort - Patrick Pécherot
    La fin de Mick commence par l’absence. Finie l’amicale des retraités, la pétanque, les vieux  de la RATP. On commence par quoi dans la vie : Simca, la mobylette orange, l’Algérie, Johnny, Eddy et Dick pour nettoyer les neurones. Gisèle, les tours où tous habitent. Une question : on rénove où on rase ?
 
    Banlieues Parisiennes Noir. Avec une présentation d’Hervé Delouche. Edition Asphalte, avril 2019.    
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article