Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Marché du 7 octobre 2019
Ça y est, nous sommes entrés dans l’automne, ses feuilles qui tombent, ses averses froides. Si les feuilles des arbres tombent, ce n’est pas le cas de celles des polars dont certains ont été très remarqués par nos collègues blogueurs. Pour cette fois, voici une sélection 100% romans étrangers en attendant la déferlante française des mois d’octobre et novembre.
J’espère que cette sélection va vous aider dans vos choix de lecture. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !


 

La Crête des damnés
Joe Meno
traduit par Estelle Flory
Agullo 2019

Billet rédigé par Tasha
Ah quel bonheur! J'ai tant aimé ce roman de Joe Meno que je ne sais par où commencer. Je vais essayer de mettre de l'ordre dans mon enthousiasme.
D'abord il y a les références musicales, car la musique est essentielle dans ce roman : bande-son des 90's, et pas n'importe laquelle... Entre punk et métal, vous pensez que je me suis régalée. Ce n'était pas forcément mes références de l'époque, car oui, ancêtre que je suis, j'étais un poil plus âgée que les personnages, mais à peine, j'étais tout de même très jeune. Mais comme Gretchen et le narrateur, on se faisait des cassettes, avec des choix pensés pour le destinataire, pour une occasion, tout était prétexte à échanger de la musique et à se dire des choses par morceaux interposés.
La suite est à lire sur le blog Tasha’sbook

Mécanique de la chute
Seth Greenland traduit par Jean Esch
Liana Levi 2019

Billet rédigé par Velda
Seth Greenland a grandi dans le milieu de la publicité, et a écrit pour la télévision et la presse avant de se consacrer à la littérature. Il est l’auteur de cinq romans, tous traduits chez Liana Levi. S’il vit en Californie, c’est New York qui est au centre de ses livres, et Mécanique de la chute ne fait pas exception à la règle. Satire, humour, vision cruelle sur la vie de ses contemporains dans l’Amérique d’aujourd’hui, Seth Greenland est tout à la fois un témoin et un acteur distancié de la « modernité » qui nous entoure. Il n’a pas son pareil pour démonter les mécanismes tapis derrière les apparences, pour révéler les médiocrités, les faiblesses et la monstruosité du monde où il habite.
La suite est à lire sur le blog Leblogdupolar

 

Les mangeurs d’argile
Peter Farris
 traduit par Anatole Pons
 Gallmeister 2019

Billet rédigé par Wollanup
Peter Farris fait partie des auteurs ricains qui ont débarqué chez nous depuis quelques années et qui doivent à Gallmeister leur reconnaissance en France. Troisième roman pour Peter Farris, tout comme Benjamin Whitmer, l’autre grosse pointure de la collection de l’éditeur alsacien consacrée aux polars ruraux américains.
Après DERNIER APPEL POUR LES VIVANTS et LE DIABLE EN PERSONNE finaliste en 2018 du grand prix de la littérature policière, LES MANGEURS d’ARGILE vient confirmer le talent déjà souligné de l’auteur originaire de Georgie.
La suite est à lire sur le blog de Nyctalopes

Meurtre en Mésopotamie
Agatha Christie
traduite par Robert Nobret
Editeur : Le Livre de poche

Billet rédigé par Luciole
Je continue à suivre le challenge lecture organisé par Le Livre de Poche #jelisagathachristie pour (re)découvrir les oeuvres de la Reine du crime. Ce mois-ci, j’ai découvert Meurtre en Mésopotamie.
Avoir lu une biographie de l’Agatha Christie cet été me fait aimer encore plus ces ouvrages et amplifie mon plaisir de lecture des romans de l’auteure. Maintenant que je sais quelle globetrotteuse elle était, je trouve encore plus de réalisme dans les descriptions des environnements de ses récits ! Dans celui-ci, nous sommes en Mésopotamie sur un site archéologique et au sein d’une équipe de chercheurs. La trame change peu au fil des romans et je peux comprendre la lassitude de certains lecteurs mais au rythme d’un par mois, c’est un petit plaisir !
La suite est à lire sur le blog loeildeluciole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :