Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Allons enfants de la patrie.

     Le cimetière du Trocadéro, résidence bourgeoise comme il se doit. Tout le monde n’a pas une si belle vue sur la Tour Eiffel. La famille de Rigny y repose en paix.

     En 1870, le fils Auguste est appelé pour le service militaire, il est retenu. Et comme on faisait dans ces temps là,  les familles fortunées  achetaient un remplaçant. C’est 2000 francs, le prix d’une loge à l’Opéra.
    Autour de la table, les discussions vont bon train. Marx, Gambetta et l’Empereur.
     Un siècle et demi plus tard, moi, Blanche de Rigny, moi la chieuse, je suis un sujet de conversation. Il y a de quoi sur cette île de vent et  de pluie.
     Chez les bourgeois, une chose est interdite, c’est d’être pauvre. Pour les autres, les romans de Zola font l’affaire.
     Si les de Rigny sont riches, du côté famille c’est pauvre, des divorces, des sans enfants. Je travaille à la reprographie judiciaire, on rigole et on se venge. Enfoirés.
     Le ministère, c’est 1390 euros par mois. Alors je m’auto-entreprends.
     Certains des de Rigny sont dans le pétrole, jusqu'au bout.
    En 1870, le père Casimir le crie haut et fort “un peuple instruit est un peuple ingouvernable”. On est en République et on change le nom des rues.
     Les Parisiens sont encore encerclés par les Prussiens. Les assiettes sont vides et des républicains crient  à la prochaine société démocratique et libre.
     Les bourgeois fuient Paris les sacs remplis d’argenterie. Louise Michel prend la place. Des de Rigny, il n’en reste pas beaucoup. Tante Yvonne, dans son triplex de l’avenue Foch, moi, ma fille, et Pierre parti depuis 50 ans au bout de la terre.
 
     Bourgeois un jour bourgeois toujours. Ils vont traverser 1848 et 1870, les fils ne sont pas morts à la guerre. Le temps va s’accélérer, aujourd’hui ils sont encore là.  L’argent ne fait pas vivre un jour de plus.
 
       Richesse oblige, Hannelore Cayre, Ed. Métailié, mars 2020. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article