Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

patrice lebrunQuand on apprend, après avoir vu le film, que Snowtown est inspiré de faits réels, on se sent presque rassuré. Le film relate des crimes, des vrais, et non pas ceux sortis du cerveau malade d’un metteur en scène. Comment un metteur en scène pourrait-il inventer une telle serial-série ? Et pourtant…  il est bon d'avoir un dentier bien accroché (pour celles et ceux qui en portent), parce qu'il va vous falloir serrer les dents. Non loin d'Adélaïde (Australie), Snowdon est un bled perdu, habité par des losers, des mis-de-côté, des camés, des cas sociaux, des pervers. Jamie, une ado, vit avec sa mère et ses deux frères, le canapé fait office de chambre, puis un beau jour, débarque Bunting. Il fait des bisous aux frères, il fait la cuisine, il est de bonne composition, beaucoup trop d'ailleurs. Il a des opinions. Bunting snowtownle dit : « La racaille, les drogués, les ceusses qui donnent à manger à leur python, les chiens, les kangourous, sont tout juste bon à être enfermés dans des bidons en plastique. » A partir de ce moment, ça dérape, la violence ultime explose, une violence que l'on ne voit pas souvent au cinéma déjà passablement violent (c’est dire !), mêlant du sang, des larmes, des bonnes paroles, des actes laissés en suspens. Trop loin des villes, trop loin de tout, du travail, d'une société qui tienne debout, le serial killer veut faire œuvre de bienfaisance, il veut nettoyer, et comme chacun sait, il y en a toujours un qui se dévoue pour faire œuvre de salubrité publique, qui saute la barrière du passage à l’acte. Ce film est vertigineux (pour mieux tomber dans l’abîme) en effet tout y passe, rien n’est épargné aux spectateurs, c’est filmé comme un reportage. Mais, fichtre, les acteurs ont du être secoués ! C’est du cinéma rare, de la fiction réalité et réciproquement, du cinéma qui choque, qui secoue, qui dérange, et dire que çà existe sur cette putain de planète ces dingues ! Seulement pour les curieux, pour ceux qui rient jaune, pour ceux qui veulent se coltiner l'homme et ses détours monstrueux.

Les crimes de Snowtown, Justin Kurzel.
Patrice Lebrun - juillet 2012

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article