Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Le Panier de Jeanne

Marché du 28 février 2014

Cassidy’s Girl
David Good
is
Rivages noir 2013

par Julien Védrenne
La fille de James Cassidy n'est autre que sa femme. Les deux vivent dans un quartier sordide au rythme de sorties nocturnes chez Lundy, qui tient un vieux rade où toutes les épaves de la ville viennent boire tout leur soul. James Cassidy est un ancien brillant pilote de ligne qui a un jour eu à faire avec un copilote victime d'une crise d'angoisse. Un accident et des dizaines de victimes plus tard, il s'est retrouvé sur le carreau accusé d'avoir piloté en état d'ivresse. Aujourd'hui, il végète en conduisant un car qui fait la liaison entre deux villes pendant que Mildred organise orgie sur orgie. Et dès le début du roman, Mildred commet l'orgie de trop, celle qui mène à une violente dispute qui ne pourra pas se régler sur l'oreiller. Cassidy part alors vivre chez Doris, une épave peut-être pire que toutes les autres de chez Lundy car vivant dans la culpabilité permanente d'avoir tué sa famille à cause d'un accident domestique qu'elle a provoqué, et ne voulant aucunement se sortir d'un alcoolisme qui lui permet momentanément d'oublier. Mais Cassidy est un coriace qui - sans le savoir - est déjà sur le chemin de la rédemption. C'est le moment que choisit David Goodis pour l'emmener sur la voie isolée du fatalisme avec un nouvel accident - de car cette fois - fomenté par Haney, un type jaloux, qui cherche à s'envoyer en l'air avec Mildred. Le roman s'attarde sur cette déchéance profonde d'un protagoniste touché par une fatalité mythologique. James Cassidy est un personnage hautement exacerbé, fruste malgré son éducation. Il a tout oublié de sa gloire passée lorsqu'il avait un beau métier, de l'argent à foison et une jolie femme.[…]

Lire la suite sur K-Libre

Le Panier de Jeanne

Mémé goes to Hollywood
Nadine Monfi
ls
Belfond 2014

par Sofy

Esprits chagrins, passez votre chemin…sinon Mémé Cornemuse va vous dézinguer !
Mémé Cornemuse participe à l’émission de Jacques Pradouille « Adoptez-moi ». Elle est choisie par une famille aisée pensant ainsi avoir trouvé une « Mamie gâteau » qui cajolera les petits et leur racontera des histoires. C’est la promesse que les parents ont fait à leur progéniture.
Que nenni, dès qu’elle débarque Mémé embarque la TV des enfants dans sa propre chambre. Un Rocco Siffredi ça fait toujours du bien. La petite a besoin de s’instruire mais elle ne veut pas regarder ce genre de documentaire dommage pour elle. Mémé n’est qu’amour lorsqu’elle lui raconte l’histoire vraie du petit chaperon rouge (que vous avez de longs poils, que vous avez une longue queue…) […]
Lire la suite sur le blog Zonelivre

Le Panier de Jeanne

Miséricorde
Jussi Adler Olsen
Albin Michel 2011

par Richard
Et oui, après tout le monde, je viens de découvrir Jussi Adler Olsen, cet auteur danois qui prend de plus en plus de place dans le monde du polar scandinave. « Miséricorde » est son premier roman traduit. Déjà, trois autres sont sortis depuis ce temps.
Une première impression. Adler Olsen possède un talent spécial pour la création de personnage attachant et crédible. J’avoue que cette première lecture et mon premier contact avec Carl Morck et Hafez el Assad est très prometteur. J’ai très hâte de lire les trois autres romans. Alors, faisons un résumé rapide … et une présentation des deux personnages principaux.
Merete Lyyngard est une vedette montante de la politique danoise. Destinée à un avenir prometteur, elle est victime d’enlèvement. Ses bourreaux s’acharnent cruellement. Ses conditions de détention sont épouvantables. Les sévices psychologiques, insupportables. Cependant, sa force de caractère, son désir de vivre, même si ils s’effritent, lui font espérer de pourvoir s’en sortir. Et de comprendre l’incompréhensible.
Après quelques mois, sans indices sérieux, l’enquête s’essouffle, le drame devient fait divers et tombe dans l’oubli. Merete n’existe plus pour le peuple danois. Toutefois, quelque part, dans les sous-sols des locaux de la police, une nouvelle section est créée: le Département V.[…]
Lire la suite sur le blog Polar, noir et blanc

Le Panier de Jeanne

Tendre comme les Pierres
Philippe Georg
et
Éditions Jigal

par Jacques

Philippe Georget aime le changement. Après un roman noir qui a rencontré un beau succès « Le paradoxe du cerf-volant » puis un polar « Les violents de l’Automne » il nous propose avec son dernier né un roman qui s’inscrit dans la veine du livre de Preston & Child, publié en France en 2012 : "Les sortilèges de la cité perdue."
Cependant, même si les thèmes sont proches, il reste tout de même des différences notables entre Preston & Child et Georget : ce dernier s’intéresse trop aux problèmes de notre époque pour les délaisser totalement au seul profit de l’aventure et de l’exotisme comme le font les deux illustres auteurs américains. De ce point de vue, ceux qui ont apprécié ses premiers livres trouveront tout de même leur compte à cet apparent changement d’orientation.
Lionel Terras, journaliste désabusé, baroudeur et colérique, chargé d’un documentaire sur un site de fouilles archéologiques en Jordanie ; Rodolphe Moreau, vieil archéologue responsable du chantier, qui vient d’être injustement accusé du viol d’un jeune garçon et se retrouve dans une prison jordanienne ; Mélanie Charles, sa jeune et séduisante collaboratrice qui est convaincue de l’innocence de son patron et va tenter de convaincre le journaliste de l’aider... ce sont les trois principaux personnages de ce roman, qui va vous entrainer dans décor aussi magique qu’exotique, un lieu qui ravivera agréablement les souvenirs des lecteurs qui l’ont déjà visité et enchantera les autres : Pétra, la mythique cité nabatéenne vieille de près de trois mille ans. .[…]
Lire la suite sur le blog Un polar-collectif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article