Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Serge Breton nous rappelle que Jérémie Guez n'est pas seulement un auteur de polar mais avec ce deuxième film un cinéaste.
Image empruntée à l'article de Télérama sur cet auteur paru ce 27 mai.

Image empruntée à l'article de Télérama sur cet auteur paru ce 27 mai.

Salut bien,
 
 Année faste pour Jérémie Guez, qui partage son temps entre littérature et cinéma.
 Alors que son roman Les Âmes sous les néons est sorti il y a quelques mois, Sons Of Philadelphia, son deuxième long métrage (après Bluebird en 2018), est visible en salles à compter de ce mercredi.
Le site de Télérama consacre  un rapide portrait au romancier/cinéaste (l'article, voir extrait ci-dessous, est lisible pour les abonnés Jérémie Guez, réalisateur de “Sons of Philadelphia” : un autodidacte téméraire sur le site du journal).
 
Bon film
Serge 31*
 
 
 

Cet autodidacte de 33 ans, adepte de la boxe anglaise et auteur de polars, a le goût des marges, des sauts dans l’inconnu. Pour son deuxième long métrage, tiré d’un de ses romans, il a relevé le défi d’un tournage ambitieux à Philadelphie. Résultat : un film de mafia brillant, qui sort en salles ce 26 mai.

Fuller, Pusher et Hagler. Un cinéaste franc-tireur, une trilogie de polars ultra violents signée Nicolas Winding Refn, une légende de la boxe : la sainte trinité musclée de Jérémie Guez. Quand on n’a qu’un prénom de prophète geignard et zéro relation dans le métier, il est préférable d’avoir des goûts un peu affirmés. Cinq romans noirs et deux films de la même couleur au compteur à tout juste 33 ans : l’autodidacte n’a pas à rougir de son palmarès. Ne comptez pas sur ce fils d’immi....

Télérama

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article