Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

En 2020 c'était vain, en 2021 ce sera bien !
Jean-Pierre Barrel vous propose un petit jeu pour démarrer l'année, avec un peu d'espoir pour nos courageux libraires qui ont tenu leur profession hors de l'eau. Lisez, continuez à fréquenter les librairies indépendantes.

On a un peu terminé 2020 avec la gueule de bois. Une gueule de bois pas piquée des hannetons, une vraie de vraie qui vous fait dire plus jamais... Du coup, on se dit qu'en 2021 on craint dégun. De là à faire des vœux, il y a un pas que je ne saurai franchir.

Revenons rapidement, en arrière. 2020, sur l'image, ça avait de la gueule, ça claquait 20/20... mais on a vu où ça nous a mené. Dans un monde sans issue, où les relations humaines sont proscrites, où la culture est abrogée où les zincs sont fermés et les ballons de rouge à considérer uniquement en tête à tête. D'où la gueule de bois. Juin et décembre ont permis grâce à vous toutes et tous de maintenir Un Petit Noir à flot et j'espère bien que l'année à venir va nous permettre de nous rencontrer à nouveau autour d'une lecture, d'un concert, d'un débat avec des autrices et des auteurs qui ont – du coup – plein de choses à nous narrer.

Donc, un grand merci à vous et quitte à ne pas souhaiter grand chose, juste un peu de bonheur pour 2021 et beaucoup de lectures.

 

Petit quizz pour lectrices et lecteurs invétérés

5 citations pour 5 romans recommandés par Un Petit Noir... dont 4 parus l'an dernier. 

1 recueil de nouvelles « Un Petit Noir » pour les 3 plus rapides à me communiquer les 5 bonnes réponses (auteur + titre du roman) par mail (date de réception du mail faisant foi)

-----

Surtout, il apprit que tous les Américains étaient des marchands et qu'au fondement même du génie américain, de l'esprit yankee, il y avait l'achat et la vente. Ils vendaient leur idéologie démocratique comme des colporteurs, soutenus par le grand racket de protection des ventes d'armes et des pressions économiques. 

-----

Les squatteurs ont vieilli, ils ont des enfants, des boulots de graphistes ou d’architectes, roulent en vélo électrique ou singlespeed, portent un casque et consomment bio. Certains de ces immeubles sont devenus des coopératives, les bâtiments ont été remis à neuf, on y entre après présentation d’un dossier solide et avec un apport financier conséquent. On y fume encore le pétard, mais on se révèle tout de même un peu fatigué par et pour la lutte des classes. L’heure des privilèges a sonné, se prémunir de l’incertitude, défendre ses acquis, favoriser l’épanouissement de sa progéniture… On a déjà abordé le sujet de l’idéal de gauche, comment leur en vouloir ? Au fond, virer à droite n’est qu’une question de temps. 

-----

L’une des rares leçons que le père de Rice avait réussi à lui inculquer avant de mourir, c’était que tergiverser revenait à choisir d’échouer, car on n’essayait pas de toutes ses forces. Il s’agissait, avait déclaré son père du choix rationnel de gens qui préféraient échouer exprès plutôt que risquer de découvrir qu’ils n’étaient pas assez bons ; quand on faisait ce choix, on devait au moins avoir l’honnêteté de le reconnaître. 

-----

Je suis sorti à Vaise. J’ai galéré dans la circulation pour rejoindre la Saône. J’ai atterri sans trop comprendre le pourquoi du comment sur le pont Koenig, celui que le pays a fait maréchal à titre posthume. La rivière avait perdu sa quiétude. Elle charriait des bouts de bois qui se cognaient sur des tapis de vase. Ils mettraient quelques jours à rejoindre la Méditerranée. Elle était gris-brun, violente. J’ai pensé à Alexandra en sondant le ciel, dans l’azur délavé qui virait grisaille. Si j’avais été Dieu, j’aurais dessiné sa gueule d’ange avec deux nuages.

-----

Le joint en fibre a fait son temps, l'eau commence à passer entre l'écrou de 17 et le collet battu de l'extrémité du tube de cuivre alimentant le réservoir. Il est presque minuit quand une première goutte d'eau tombe sur le parquet. Une flaque s'est formée à côté des WC. Les lames du vieux parquet de chêne ne sont plus jointives, l'eau s'infiltre dans les fentes. Il est deux heures du mat' quand les premières gouttes commencent à suinter sous les lames et se perdre dans l'épaisseur du plancher.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article