Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Entre canicule et orages, le temps est venu de se pencher sur le sérieux, le cœur dur de notre monde noir. Ils ne sont pas légion ceux qui consacrent du temps à mettre en valeur le genre plus que l’aventure, l’analyse plus que la péripétie. Mais tous les ans, on découvre que certains se sont lancés dans la promotion du « polar », l’évocation de son passé, l’analyse de ses nuances ou une sélection savante des incontournables. Ou encore, tout simplement, dans  l’évocation de ses grands aînés au travers de la genèse de leur création. Trois ouvrages cette année parmi lesquels choisir celui qui sera le trophée 2021. Voici quelques avis vous les présentant. Il est temps de les lire !

Dictionnaire amoureux du polar
Pierre LEMAÎTRE

Plon 2020

par Mimi
 « Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »
Le plus cocasse de l’histoire c’est que je n’ai -à ce jour du moins-jamais lu aucun polar de l’auteur ! Mais un ouvrage consacré à un genre que j’aime particulièrement, et que je ne lis pas encore assez à mon goût ne pouvait que me convenir. Plus de 800 pages lues en 2 jours -volontairement-confinés faute de ciné, théâtre ou musique.
Disons les choses clairement : il ne s’agit pas d’un dictionnaire mais de son dictionnaire ! Autrement dit, Pierre Lemaître va nous parler essentiellement de ce qu’il aime, un peu moins  de ce qu’il aime moins ou pas… pour mieux revenir à ses réjouissances. [...]
La suite de la chronique (et les autres) sur le blog de Mimi

Mon vieux Guérif
lettres et dédicaces pour Léo MALET

La Grange Batelière 2020

par François Angelier.
 Le créateur de Nestor Burma a posté de bien crépitantes missives avec le (futur) fondateur de la collection « Rivages/Noir », dans les années 1970-1980. Les voici publiées dans un superbe volume.

Réjoui soit qui Malet pense ! Car Léo Malet (1909-1996) pense vif, jouit dru, mélancolise à ses heures, sachant l’art de régler ses comptes, d’argent notamment, et de vivre franc jeu. En témoignent les confiantes et crépitantes missives échangées par le père de Nestor Burma avec le goémonier des nuits sans lune, le fondateur de la collection « Rivages/Noir », l’éditeur et essayiste François Guérif. Cette correspondance, déposée à la BNF et aujourd’hui superbement éditée (fac-similés des manuscrits et tapuscrits, reproduction couleur des collages), est enrichie par plusieurs entretiens parus dans des revues. [...]
La suite de la chronique (et les autres) sur le blog Livres Infos

Lettres du mauvais temps, 1977-1995
MANCHETTE

La Table Ronde 2020

Une très belle et émouvante préface du romancier Richard Morgiève. Je pense que je vais passer de très bonnes heures de lecture au même titre que son Journal 1966-1974.
Après quelques mois de lecture, je dois constater que le choix des lettres est mûrement réfléchi et vraiment pertinent. Elles nous montrent les différentes facettes de l'écrivain, dans son intimité en quelque sorte. Tantôt pointilleux, râleur, joueur et toujours d'une intelligence atypique. C'est un vrai régal. Il nous donne envie de lire ou de voir les œuvres dont il parle et de découvrir les écrivains avec qui il correspond. Un véritable trésor à mes yeux. [...]
La suite de la chronique (et les autres) sur le blog From the avenue


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article