Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Jean-Jacques Reboux, au Mans en 1996 avec son trophée 813. Photo Pascal Polisset

Jean-Jacques Reboux, au Mans en 1996 avec son trophée 813. Photo Pascal Polisset

« Mon ami l’écrivain, éditeur, agitateur, anarcho tendre et teigneux Jean-Jacques Reboux nous a quittés cette nuit et je suis infiniment triste. » C'est ainsi que Francis Mizio annonce la nouvelle sur Facebook. Son grand ami Pascal Polisset m'avait prévenu hier que c'était la fin ; comment dire l'émotion qui m'a alors étreint.

Ce garçon, Mayennais, ancien instituteur, devenu postier puis écrivain (il a obtenu le trophée 813 en 1996) puis éditeur (c'est lui qui a découvert Yasmina Khadra pour les éditions Baleine) a lancé les éditions 'Après la lune' et leur corollaire 'La Maitresse en maillot de bain'. Son dernier avatar Bénuchot...

Gestionnaire, toujours au bord de la faillite, son franc parler lui a valu bien des procès (dont un pour lèse Sarkozy).

Curieux clin d'œil que de mourir un 14 juillet, à l'âge de 62 ans. Il a lutté selon Pascal contre LA maladie (pour ne pas la nommer) et c'est elle qui l'a emporté.

Ce grand ami des gallinacées (lire C'est à cause des poules roman tendre et amusant) aux allures de Grand Duduche était un garçon aimable et ouvert.

Voilà, Jean-Jacques Reboux, toujours vivant dans notre souvenir, n'est plus et je suis bien triste.

Bonne chance au paradis des poules

Boris L.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patrick Glâtre 19/07/2021 22:50

Salut Jean-Jacques,
Pour moi, tu es à jamais le premier vainqueur de notre salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles. Tu avais fait l’unanimité avec ton talent et ta gentillesse. Obsessionnel dans tes convictions mais aussi dans ton amitié. C’est un pan du polar qui disparaît aujourd’hui, celui que tu as incarné ou que tu as soutenu et que je ne reconnais plus dans les romans actuels, qui sont façonnés comme des séries TV avec des rebondissements toutes les trois pages.
Il reste tes livres et nos souvenirs.
Bien à toi.
Patrick Glâtre

blog813 19/07/2021 23:01

merci de votre témoignage

Sylvie Rouch 19/07/2021 11:21

Adieu l’ami

Sur l’échiquier du polar, il passait pour le fou. La diagonale qu’il a prise ce 14 juillet sera la dernière. Adieu l’ami !
Invité au tout premier festival des Visiteurs du Noir, Jean-Jacques Reboux est arrivé à Granville un matin de janvier 1995, sourire aux lèvres, regard espiègle et béret sur la tête.
Le Mayennais, devenu postier, venait de lancer les éditions Canaille qu’il venait défendre et il avait eu l’excellente idée de venir en compagnie de l’un des ses auteurs et amis Michel Chevron.
La fête fut belle. Jean-Jacques en perdit son béret. A force de nous le réclamer, je lui avais promis au nom des Visiteurs du Noir de lui en racheter un. Parole en l’air et promesse aussi vite oubliée.
Quelques romans plus tard dont Le massacre des innocents ou encore Poste Mortem et quelques festivals plus tard (il n’en manqua pas un), La Vache Noire, le tabac presse polar de la place Cambernon, perdait son fondateur, l’ami Patrick Desaint-Denis.
Jean-Jacques Reboux vint à Granville le pleurer avec nous.
Lorsqu’il y a quelques semaines, il attaqua une chimio offensive pour terrasser un crabe plus furieux que lui, je me suis souvenue de cette promesse non tenue et je lui ai fait parvenir un béret tout neuf.
Il était aux anges. Il devait venir ici entre deux traitements. Il n’en a eu ni la force, ni le temps.
Au-delà de l'écrivain et de l’éditeur, au-delà de l’homme épris de justice, engagé (enragé) et si humaniste, c’est l’ami que je pleure et que tous les Visiteurs du Noir saluent aujourd’hui,

Sylvie Rouch

blog813 19/07/2021 14:42

Merci pour ce bel hommage. Je suis sûr que depuis le Walhalha des poules il adû vous entendre.

Lau Darbas 14/07/2021 17:12

La communauté du polar est en deuil aujourd'hui. C'était un homme doit dans ses baskets, un grand cœur, courageux et généreux.

blog813 14/07/2021 18:34

Tout à fait d'accord avec toi (Boris). un garçon sympathique, plein d'ambitions. Il s'est heurté à pas mal de murs !

Passingby 14/07/2021 14:56

Terrible nouvelle.
Mais quelle est _LA_ maladie ?
Si jeune, si dynamique.

Passingby 14/07/2021 18:09

Ah ! Le sale crabe.
Vu le contexte épidémique, je me demandais si ça ne pouvait pas être l'autre maladie à la mode.
Condoléances à la famille.

blog813 14/07/2021 15:58

La seule que personne n'ose nommer, qui porte le nom de cancer.