Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Un Petit Noir -02-2021


 

 
 
Confit, déconfit, confus assurément

Et avec ça une météo des plus pourries... pour garder le moral, la lecture devient salutaire. Aussi en cette rentrée 2021, je vous propose les derniers coups de cœur du libraire issus de ses dernières lectures.

Avant cela, petit rappel, la librairie ferme ses portes à 18h suite au dernier oukaze castexien (à répéter comme un mantra, cela fait travailler les articulations des maxillaires) et n’ouvre le dimanche que de manière très parcimonieuse en raison d’un trop faible public. Aussi, vous invité-je à vous renseigner la veille pour savoir si le dimanche Un Petit Noir est actif.

Le site https://www.unpetitnoir.fr/catalogue-livres/ est parfois capricieux. Pour voir les derniers arrivages, n'hésitez pas à manipuler "du plus ancien au plus récent", "du plus récent au plus ancien"... la mise à jour est aussi lente que les neurones du libraire le lundi matin. N'oubliez pas, réservations voire livraisons sont toujours possibles avec un contact par mail, par téléphone ou via le site.

Passons aux coups de cœur, en commençant par la case BD

Battue, de Lilian Coquillaud et Marine Levéel, un excellent roman noir qui traite de l’entretien du fascisme par les rites de la chasse, dessin somptueux et intrigue au cordeau.

 

A fake story, de Pendanx et Galandon, magistrale enquête sur un crime conséquence de l’intervention radiophonique d’Orson Welles, La guerre des mondes, le 30 octobre 1938... qui montre que ce n’est pas d’aujourd’hui que les puissants se préoccupent avant tout de leur crainte de finir dans un tribunal avant tout autre chose.

 

 

 

En poursuivant par les romans

   

 

Cimetière d’étoiles de Richard Morgiève. L’élégance est toujours mise en avant.. Un livre qui débute par « Il avait longtemps prié Dieu et Dieu ne lui avait pas répondu » et se termine par « Suis-je devenu votre ennemi en vous disant la vérité ? » ne peut qu’expliquer que la recherche de la vérité ne peut déboucher mais en revanche, quelle histoire !

L’imposture du marronnier de Mariano Sabatini, un giallo, un vrai qui nous campe le portrait d’un personnage berlusconien à souhait et l’imbrication des affaires dans la politique pour le fonctionnement de la ville éternelle. 

On visite Rome de la haute bourgeoisie au peuple des bas quartiers avec une verve ironique à saluer.

Justice indienne de David Heska Wanbli Weiden, drogue, défonce et trafic chez les Lakotas, peuple humilié encore aujourd’hui avec les conséquences que l’on connaît. 

Très beau roman malgré un titre bof bof.

La République des faibles, 1er roman de Gwenaël Bulteau, dont l’action se déroule à Lyon en 1898, lorsque la Ligue nationaliste s’agite à tout va pour mettre à mal la troisième république héritée de Thiers et de la défaite face aux Prussiens... une France frileuse, recroquevillée sur elle-même où la police a tous les pouvoirs. Toute ressemblance... 

Mathilde ne dit rien de Tristan Saule

Quand à force d’appuyer là où ça fait mal... l’histoire d’une femme qui se révolte contre l’iniquité, l’absence de solidarité et se bat pour ne pas disparaître. 

Thriller coup de poing annoncé comme le 1er volet d’une trilogie.

Bonnes lectures à toutes et tous et au plaisir de vous voir arpenter les rayons d'Un Petit Noir.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article