Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Suite au décès de J.J. R, un hommage de Frédéric Prilleux
et des infos sur  l'incinération le 22 juillet.
 Bonjour. Pour Jean-Jacques
 
Je me souviens bien de la première fois où j’ai rencontré Jean-Jacques Reboux : c’était au Mans en 1994, à l’AG toujours divertissante de 813. J’étais un adhérent tout frais et tout timide, et parmi les écrivains – ces gens d’une autre planète – il y avait ce gars à la bouille sympathique, qui en deux temps trois mouvements m’explique qu’il a fondé les éditions Canaille parce que personne ne voulait de ses bouquins, ou plutôt que si, mais que par deux fois les éditeurs ont coulé – ou les collections ont été arrêtées – juste avant la publication de ses romans.
 
Et je repars de cette AG avec Pain perdu chez les vilains, Monsieur Smith n’aime pas les asperges de Jean-Jacques, et aussi avec Fille de Sang de Michel Chevron, et Le Banquet des ogres de Pierre Filoche, parce que l’ami Reboux avait un art imparable de parler de ses auteurs, et de les défendre, contrairement à ce qui lui sera plus tard injustement reproché par quelques ingrats, et ce qui le marquera vraiment profondément. En plus de l’énerver, mais ça, c’était dans ses gènes : un Reboux pas énervé, je connais pas. Mais un énervement toujours juste, et très très souvent assorti d’un humour à toute épreuve (judiciaire) (ou policière) (ou gallinacière).
 
Quelques années passent, on se croise tous les ans au Mans, et me voici bientôt à Pordic, pour mon nouveau poste de bibliothécaire : je pense à Jean-Jacques pour une expo sur le Poulpe, et le voici donc en Côtes d’Armor, en compagnie de Michel Chevron et Mouloud Akkouche. Cette rencontre avec des auteurs de polar comme il y en a des centaines désormais en France, est toutefois un peu différente des autres : elle est à l’origine de la création d’un personnage en qui il a longtemps cru : Moulard… Et là aussi, je me souviens bien de la genèse de ce « héros » : tout est parti d’une coquille dans la presse, qui avait transformé Reboux en Rebeux et Moloud Akkouche en Moular Akkarch… Il n’en fallait pas plus à Jean-Jacques, avec ses deux acolytes poulpistes, pour créer un nouveau personnage récurrent dans le train du retour, le mythomane et très enrobé Moulard, amoureux de sa Pénélope. Jean-Jacques était d’un enthousiasme délirant pour cette série, pour laquelle il nous fit l’honneur, à Michel Pelé et à moi-même, d’écrire un épisode. Le dernier de la série d’ailleurs, car les éditions de l’Aube ont arrêté les frais sans aller jusqu’au terme du contrat qui prévoyait un épisode tous les mois… Encore un sujet de fâcherie pour Jean-Jacques, qui, quoi qu’on pense de cette série rocambolesque (et pas très polar en fait), plutôt d’aventures humoristiques) se retrouvait à nouveau sans éditeur pour ses projets. Régulièrement, quand nous nous croisions, il me demandait ce que je pensais de relancer Moulard, et puis est venu le temps de la création de sa nouvelle maison, Après La Lune, et hop c’était reparti pour d’autres aventures…
 
Et je n’oublie pas non plus que la rubrique BD de 813, c’est aussi un peu grâce à lui (et à Françoise Poignant), car il en avait défendu la proposition quand il était membre du CA de l’asso.
 
Voilà, d'autres souvenirs reviendront sûrement, mais là, ces derniers jours, seule demeure cette grande tristesse de ce départ soudain de notre Johnny Boxeur (ah, ça aussi, c’était bien : sa rubrique punchy dans la revue Caïn...).
Fais chier quoi.
Salut Jean-Jacques, tu vas me manquer.
 
Frédéric PRILLEUX
Mon blog sur la BD polar :   http://bedepolar.blogspot.com/
... Et celui sur mon grand-père boxeur http://battlingmarcel.blogspot.fr/

 

Pour saluer Jean-Jacques Reboux
Hervé Delouche nous a transmis de  message trouvé sur le FB de Christine Daunis, amie de Jean-Jacques et ex-organisatrice des "24 h du livre" au Mans, où 813 tint moult AG :
 
Faites passer….faites passer… faites passer…faites passer ce message qui part depuis l’ordinateur de Jean-Jacques Reboux :
Mesdames, messieurs, auteurs, autrices, Monsieur le garde champêtre, public lecteur mon amour :
Jean-Jacques Reboux est parti, non le 14 juillet comme le voudrait l’impatiente légende, mais le 13 juillet 2021 à 23 heures.
Nous le retrouverons le
Jeudi 22 juillet 2021
à 13H30
salle de la Coupole
crématorium du Père Lachaise
71 rue des Rondeaux
75 020 Paris
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article