Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

Marché du 11 janvier 2022

Salut amis du noir,
Commençons par vous souhaiter une bonne année 2022 emplie de lectures enrichissantes et passionnantes, ainsi que la bonne santé indispensable pour lire confortablement, entre autres.
Pour ce panier, nous avons sélectionné des billets que nous avions mis de coté en 2021, avant de nous plonger dans cette rentrée 2022 qui s’annonce d’ores et déjà riche à souhait. Nous vous proposons dont « Les oubliés de 2021 ».
Nous espérons que cette sélection va vous aider dans vos choix de lecture. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Appartement 816
Olivier Bordaçarre

L’Atalante – Fusion 2021

Billet rédigé par Bruno la Petite Souris

Vous en avez sans doute assez des contraintes imposées depuis deux ans maintenant que nous sommes aux prises avec le covid 19.
Confinement, vaccination, passe sanitaire, fermeture des établissements, télétravail, port du masque obligatoire, etc. Des mesures qui ne cessent d’évoluer au gré de l’intensité de la pandémie. Une situation difficile à vivre.
Mais que diriez-vous alors, si vous étiez dans la France de Didier Martin, petit comptable de son état, marié à Karine, père d’un adolescent forcément rebelle, et qui vit enfermé dans son appartement depuis des mois avec sa famille, son chien et ses poissons exotiques, sans avoir le droit de le quitter, ne serait-ce que pour prendre l’air.
La suite est à lire sur le blog de PassionPolar

Les rêves qui nous restent
Boris Quercia
traduit par Isabel Siklodi et Gilles Marie
Asphalte 2021

Billet rédigé par Yan

Après La légende de Santiago, fin de la trilogie consacrée à Santiago Quiñones, le policier autoproclamé « exemple du flic raté » mais aussi pour le moins opiniâtre, on se demandait bien ce qu’allait pouvoir nous réserver Boris Quercia.
Surprise : c’est un roman de science-fiction. Moins surprenant, on y trouve Natalio, un flic raté dans une société – la City – vendue aux multinationales… un flic raté mais animé par quelques principes qui ont à voir avec la justice et qui se trouve être lui aussi particulièrement entêté.
La suite est à lire sur le blog Encoredunoir

Minuit à Atlanta
Thomas Mullen
traduit par Pierre Bondil
Rivages 2021

Billet rédigé par Nadia

Thomas Mullen continue d’explorer les tensions raciales et le mouvement des droits civiques à Atlanta avec le troisième tome de son excellente saga criminelle. Darktown et Temps noirs se déroulaient en 1948 et 1950 et suivaient le quotidien de la première brigade des huit policiers noirs.
Minuit à Atlanta nous plonge à Atlanta en 1956 quand le changement se heurte aux préjugés bien enracinés. La corruption officielle, les brutalités policières envers les noirs, le racisme, l’hostilité et les erreurs judiciaires dont ils sont victimes sont toujours d’actualité. C’est la période où Martin Luther King émerge et appelle à mettre fin à la ségrégation raciale, les manifestations de Rosa Park et le boycott des bus de Montgomery étaient en cours.

La suite est à lire sur le blog Livressedunoir

Moins que zéro
Brett Easton Ellis
traduit par Brice Matthieussent
10/18 1988

Billet rédigé par Cécile

Dans les années 1980, déjà, des jeunes pas encore adultes mais plus adolescents flânaient, d’une fête à l’autre, en Californie, au volant de leur Porsche ou de leur BMW, de l’alcool dans le sang, le nez encore poudré, l’haleine chargée. Après tout, rien de très étonnant à cela : Jack Kerouac et la Beat Generation ne sont pas loin et imprègnent cette jeunesse désœuvrée et désabusée, argentée et enfouie sous ses billets cette fois, droguée par ennui, papillonnant d’un lit à l’autre sans la légèreté supposée inhérente à la démarche – et imprègne aussi la plume des auteurs de la côte Est, dont Bret Easton Ellis.

La suite est à lire sur le blog Pamolico

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article