Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par blog813

À propos d'Ed Lacy
Dominique Choquet, membre 813 n° 42*, depuis 1981, nous a envoyé cette réflexion.

Bonsoir, 

 
Je l​'avou​e, je n'avais jamais lu Ed Lacy - malgré ses 15 titres traduits aux Presses de la Cité (un Mystère) et en Série Noire. 
C'est l'annonce de la parution d'une biographie par Roger Martin​ ​(Éditions à plus d'un titre) et la parution de ​​Traquenoir (Éditions  du Canoë) nouvelle édition et traduction par Roger Martin du roman paru en 1957 en ​Un ​Mystère sous le titre ​​A Corps et à crimes qui m'a incité  à  lire  ce roman lauréat  de L​'​EDGARD  (grâce   l'Indispensable L'AMOUR​ DU NOIR à  Paris)
Tout d'abord l'édition  de 1957.
. Ce roman   mettant  ​e​n scène  un détective  privé​, noir  pour la première  fois,​ ​a dû  incontestablement ​être  un choc pour ses premiers lecteurs  mais la lecture en 2022 glace encore plus car on est un peu(?) désespéré  de l'absence de progrès  dans la société  sur les questions d'égalité  et de ségrégation. Une analyse  percutante  de la question raciale alliée  à  la question sociale grâce  à  une intrigue ingénieuse  et novatrice..
J'ai ensuite lu la nouvelle  édition  paru sous le titre ​​TRAQUENOIR dans la traduction  intégrale  et revue de Roger Martin avec une préface  érudite  et éclairante  du traducteur. 
Dans les 2 Éditions c'est un choc et comme le dit Roger Martin  la traduction  de Igor B. Maslowski n'est pas sans  mérite  Donc selon votre budget....
 
Pour terminer​, petit point d'histoire  littéraire  et​ éditoriale  le MESPLEDE et les bibliographies d'Ed Lacy indiquent pour titre original  ​​ROOM TO SWING alors que l'éditeur français  indique ​BOOTED AND SPURRED,  bévue  de l'éditeur  français ?
Roger Martin  nous apprend  que c'était  le titre initial  voulu par Ed Lacy et que c'est l'éditeur américain qui l'a changé  ensuite en ROOM TO SWING....  
Comme quoi rien n'est simple!!!!
 
Dominique  42
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article